Pont de Vesle

Le Pont de Vesle

Le pont de Vesle est inauguré par le président de la République, Albert Lebrun, le 2 juin 1935, en même temps que le stade de la Chaussée-Bocquaine. En juin 1940, les troupes françaises le font sauter pour retarder l’arrivée des Allemands. Il est reconstruit pendant la guerre, mais le 29 aôut 1944 il est dynamité par les troupes allemandes pour retarder la progression des Alliés !

De nouveau reconstruit, il subira quelques transformations lors de l’arrivée de l’autoroute A4 (actuelle voie Jean Taittinger).

Rappelons qu’avant sa construction un pont en pierre passait sur la Vesle et une passerelle métallique enjambait le canal.

Carte postale : collection Michel Thibault (Amicarte 51)

 

 

Les jardins du Pont de Vesle

La carte postale montre le pont de Vesle après son inauguration en juin 1935. A cette époque la traversée urbaine (ex A4) n’existe pas, à la place ce sont des jardins. La Vesle est en contre-bas et n’est pas visible directement, on aperçoit juste une petite passerelle en bois permettant la promenade pour aller sur le bord du canal.

L’avant-après est approximatif car les lieux ont considérablement changés avec l’arrivée de l’autoroute, le lit de la Vesle a d’ailleurs été un peu décalé.

Carte postale : collection Pierre Fréville (Amicarte 51)

 

 

Le Pont de Pierre ancien Pont de Vesle

En bas de la rue de Vesle, avant la Première Guerre Mondiale, une passerelle métallique enjambait le canal et le Pont de Pierre (notre carte postale) passait sur la Vesle qui était beaucoup plus large. Ensuite le pont de Vesle a été construit pour passer, d’un bond, sur le canal et la Vesle, puis a été modifié pour survoler également l’autoroute A4 (aujourd’hui Voie Taittinger). L’actuel Centre Saint-Exupéry a remplacé la propriété de l’architecte paysagiste Edouard Redont et le « Café National » est devenu « Le National ».

A l’époque cette partie de la « Rue du Colonel-Fabien » s’appelait encore « Rue de Vesle ».

Voir sur ce site « le Café National »

 

RueVesle3-RA

 

Le Pont de Vesle le 11 juin 1940

Photographie allemande

Le 11 juin 1940 les Allemands entrent à Reims avec des éléments de la 45e division d’infanterie et avec l’occupation arrivent les réquisitions, le rationnement, les personnes arrêtées et fusillées. Les allemands firent sauter le pont de Vesle. Cette occupation rappelle pour certains celles de 1870 et de 1914.

Réquisition comme l’hôtel du Lion d’Or pour la Kommandantur, la maison Demay rue Jeanne-d’Arc pour la Gestapo, les casernes qui devinrent casernes allemandes; la Feldgendarmerie s’installe au 8 rue de la Grosse écritoire. Les automobiles allemandes immatriculées WH, WL et SS sont prioritaires, interdiction de photographier. Couvre-feu à 22h30.

Source : Wikipédia

Le 29 août 1944, pour sa seconde fois, le pont sera démoli, cette fois ci par les FFI

Voir une autre vue du pont

Photographie ancienne : Romain Urli, merci à lui

UrliR---libération087

Le Pont de Vesle le 11 juin 1940

Photographie allemande

Le 11 juin 1940 les Allemands entrent à Reims avec des éléments de la 45e division d’infanterie et avec l’occupation arrivent les réquisitions, le rationnement, les personnes arrêtées et fusillées. Les allemands firent sauter le pont de Vesle. Cette occupation rappelle pour certains celles de 1870 et de 1914.

Réquisition comme l’hôtel du Lion d’Or pour la Kommandantur, la maison Demay rue Jeanne-d’Arc pour la Gestapo, les casernes qui devinrent casernes allemandes; la Feldgendarmerie s’installe au 8 rue de la Grosse écritoire. Les automobiles allemandes immatriculées WH, WL et SS sont prioritaires, interdiction de photographier. Couvre-feu à 22h30.

Source : Wikipédia

Le 29 août 1944, pour sa seconde fois, le pont sera démoli, cette fois ci par les FFI

Photographie ancienne : Romain Urli, merci à lui

Ici, le programme de l’inauguration de la Coulée verte

UrliR---libération-2

 

Le Centre des Congrès vu du Canal

La comparaison entre la carte postale et la vue actuelle montre les évolutions de la ville : la Voie Taittinger (ex A4) et le Centre des Congrès construit  entre 1990 et 1994. On peut aussi noter l’importance aujourd’hui, du réseau routier et la décroissance du trafic fluvial !

Malgré tout cela, le canal reste très fréquenté avec les aménagements de la Coulée Verte qui permet aux marcheurs, joggers, cyclistes et rollers de venir s’y promener, sans oublier les poussettes !

Ici, le programme de l’inauguration de la Coulée verte

Canal-Congres-RA

 

La rue Irénée-Lelièvre, vue du canal

Lelièvre, rue Irénée [1908].

<= 181-187, rue de Vesle, => 5-7, boulevard Paul-Doumer.
55 mètres de longueur.
Ancienne rue de la Tannerie. Gustave Laurent demanda, en 1903, qu’on lui donne le nom de rue Corbineau.

(1832-1899). Né à Reims le 26 avril 1832, y est décédé, 115, rue de Courlancy, le 21 août 1899. Constant Irénée Lelièvre, ouvrier mécanicien, se créa une certaine situation et consacra à l’éducation et à la cause du peuple ses connaissances diverses. Conseiller municipal, puis conseiller d’arrondissement, vice-président du Comité rémois de la Ligue de l’Enseignement, dont il fut un des conférenciers. Lelièvre présenta aux expositions des mémoires et des travaux sur les habitations ouvrières, sur les caisses de retraite et créa à Reims la Société mutuelle immobilière de l’Union Foncière, dont il fut le président pendant 18 ans. Il épousa Virginie Demade et fut inhumé au Cimetière de l’Ouest, en fosse commune. (La Vie Rémoise)

Aujourd’hui la rampe d’accès au pont du Général-de-Gaulle masque la rue telle que l’a vue le photographe de l’époque.

Lelievre-RA

Carte postale : collection Pierre Fréville (Amicarte 51)