Canal

La patinoire Saint-Charles

« En 1887 la société du Grand Bailla décide avec l’accord de la ville de réaliser un bassin de patinage à Saint-Charles, en bordure du canal sur un pré marécageux.
L’inauguration a lieu le 5 janvier 1889. Des fêtes de nuit sont organisées sur la glace.
La patinoire de Saint-Charles a fonctionné jusqu’en 1967, date de l’ouverture de la patinoire olympique de la Chaussée Bocquaine.
(Source et CPA : Michel Thibault : Reims d’Hier à aujourd’hui, Editions Sutton) »
Aujourd’hui le terrain est en partie remblayé et depuis quelques mois il est aménagé pour la Coulée Verte avec des aménagements sportifs. Il est situé entre le pont de Soissons (ligne SNCF) et le canal.

Le pont de Saint-Brice-Courcelles

Comme le pont de Vesle, le pont de St-Brice-Courcelles a connu bien des transformations.
Sur la carte postale on le voit au début du XXe siècle avec son arrêt pour le C.B.R.
Détruit en 1914-1918, le pont fut reconstruit puis fut de nouveau détruit en 1940. Un pont métallique est installé sous l’Occupation et sera utilisé parles troupes américaines à la libération de la ville.
En 1947, le pont actuel en béton armé est légèrement décalé, et est érigé en prolongement de la rue Pierre Maître (rue Ernest-Renan à l’époque).
Aujourd’hui on peut toujours voir les fondations des ponts précédents.
Carte postale : collection Michel Thibault (Amicarte 51)

Les jardins du Pont de Vesle

La carte postale montre le pont de Vesle après son inauguration en juin 1935. A cette époque la traversée urbaine (ex A4) n’existe pas, à la place ce sont des jardins. La Vesle est en contre-bas et n’est pas visible directement, on aperçoit juste une petite passerelle en bois permettant la promenade pour aller sur le bord du canal.

L’avant-après est approximatif car les lieux ont considérablement changés avec l’arrivée de l’autoroute, le lit de la Vesle a d’ailleurs été un peu décalé.

Carte postale : collection Pierre Fréville (Amicarte 51)

 

 

Le pont Charles-de-Gaulle vu du pont de Venise

Ces deux photos N&B ci-dessous datent du 26 mai 1975 et ont été prises du pont de Venise pendant la construction du pont Charles-de-Gaulle. La végétation s’est depuis bien développée au point de cacher aujourd’hui les bâtiments du boulevard Paul-Doumer qui ont pourtant bien changé, ainsi que le stade Auguste-Delaune.

Photographies N&B : collection Gilles Labbe

 

PtVenise-Canal-GL2-RA

 

PtVenise-Canal-GL1-RA

 

Le canal et la passerelle pivotante

Percé à partir de 1841 et achevé en 1866, le canal de l’Aisne à la Marne a permis d’apporter à Reims toutes sortes de matériaux dont le charbon et le sable pour permettre aux verreries de fabriquer les bouteilles de Champagne.

Des passerelles facilitaient le passage des passants et des charrettes. C’est le cas de la passerelle située à l’extrémité Ouest du port et qui a totalement disparu, remplacée de nos jours par le pont « Charles-de-Gaulle ». Pour plus de précision, c’était en fait un pont tournant qui pivotait pour laisser le passage des péniches.

 

canal-passerel-bk-ra

 

L’Allée des Tilleuls

Cette portion de l’Allée des Tilleuls se situe entre le pont de Venise et le Pont de Fléchambault.

La Vesle (à droite) était plus haute au début du XXe siècle.

 

AlleeTilleuls-MT-RA

Carte postale : collection Michel Thibault (Amicarte 51)

 

Le Pont de Pierre ancien Pont de Vesle

En bas de la rue de Vesle, avant la Première Guerre Mondiale, une passerelle métallique enjambait le canal et le Pont de Pierre (notre carte postale) passait sur la Vesle qui était beaucoup plus large. Ensuite le pont de Vesle a été construit pour passer, d’un bond, sur le canal et la Vesle, puis a été modifié pour survoler également l’autoroute A4 (aujourd’hui Voie Taittinger). L’actuel Centre Saint-Exupéry a remplacé la propriété de l’architecte paysagiste Edouard Redont et le « Café National » est devenu « Le National ».

A l’époque cette partie de la « Rue du Colonel-Fabien » s’appelait encore « Rue de Vesle ».

Voir sur ce site « le Café National »

 

RueVesle3-RA

 

Le Pont Huon

Huon, pont.

<= quai du Pré-aux-Moines, => rue Albert-Thomas.

Rappelle le Moulin Huon, dit aussi Moulin d’Huon, qui appartenait à l’abbaye Saint-Remi. Les Montlaurent y avaient un lavoir public sur la Vesle en 1905. (la Vie Rémoise)

 

Pont-Huon-RA

 

Pont-Huon-OR-RA

 

 

La Coulée Verte, entre Vesle et canal

Ce week-end c’est la fête de la Coulée Verte.  Voici quelques avant-après du canal et des bords de Vesle que vous pourrez retrouver sur l’exposition photographique qui vous est proposée dans le parc des « Grenouilles Vertes » rue de la Roseraie à Fléchambault .

Ici, le programme de l’inauguration de la Coulée verte

 

Canal-PtCheminFer-VV-RA

 

Passerelle-Peniche-RA

Cartes postales : collection Véronique Valette

Canal-PtSoissons-BK-RA

 

Canal-PtSoissons-RA

 

Le Parc des Grenouilles Vertes

Achille Laviarde, né à Reims le 7 novembre 1841, acheta en 1867 une propriété à l’enseigne du « Château des Grenouilles Vertes » en bordure de Vesle (6 rue de la Roseraie, derrière l’écluse Fléchambault). Voir la biographie d’Achille Laviarde sur La Vie Rémoise

Au début du XXe siècle, c’est l’horticulteur Barbaras qui occupa à son tour la maison sous l’enseigne « au Chalet des Rosiers ». C’est la carte postale d’aujourd’hui.

Cette incroyable demeure fut détruite en 2001. Il ne subsistait que le mur avec la grille d’entrée, et le terrain aménagé en jardin, était entretenu par l’association de réinsertion « EPIS ».

L’aménagement des bords de la Vesle en « Coulée Verte » a transformé ce terrain en agréable jardin public.

Aujourd’hui et demain (25 et 26 juin 2016), une exposition photographique, à laquelle participe « Reims Avant », se tient dans ce parc à l’occasion de l’inauguration de la « Coulée verte ».

www.ReimsMétropole.fr

Ici, le programme de l’inauguration de la Coulée verte

 

3Grenouilles-MT-RA

Carte postale : collection Michel Thibault (Amicarte 51)

 

Au même niveau : l’écluse de Fléchambault

EcluseFlech-BD1-RA

 

 

Exposition des photographies-montages de ReimsAvant

Juin 2016 ReimsAvant a exposé au Château des Grenouilles Vertes une vingtaines de « avant-après » pour

La fête de la Coulée verte

ci-dessous tout le programme :

Samedi 25 et dimanche 26 juin, « un week-end au bord de l’eau » avec des temps forts,
des animations au fil des communes, pour toute la famille, de Saint-Brice-Courcelles à Sillery.

Description

(Re)découvrir les 18 km de ce corridor vert et profitez des très nombreuses animations organisées à l’occasion de la 1re fête de la Coulée verte !

Au programme dans les communes de Saint-Brice-Courcelles – Champigny – Cormontreuil – Reims – Taissy – Saint-Léonard – Sillery :

  • Pique-nique géant
  • Randonnées pédestres et en roller
  • Feux de la Saint Jean
  • Petit Train en balade sur la Coulée Verte
  • Initiations à l’aviron, au roller, au dragon boat, au stand-up-paddle, au canoë-kayak
  • Marche nordique
  • Butinage le long du canal
  • Visite d’écluse
  • Animations musicales, théâtrales
  • Découverte du parc des grenouilles vertes
  • Démonstration d’élagage, lâcher de coccinelles et ruches et abeilles
  • Expositions
  • Bibliobus
  • Portes ouvertes des jardins familiaux de la Cerisaie
    (site sous vidéo surveillance)
  • Activités sportives
  • Expositions photos avec www.reimsavant.com
  • Atelier Cirque en famille

 

DSC_1280 copie

 

DSC_1279 copie

 

DSC_1281 copie

 

 

Le Centre des Congrès vu du Canal

La comparaison entre la carte postale et la vue actuelle montre les évolutions de la ville : la Voie Taittinger (ex A4) et le Centre des Congrès construit  entre 1990 et 1994. On peut aussi noter l’importance aujourd’hui, du réseau routier et la décroissance du trafic fluvial !

Malgré tout cela, le canal reste très fréquenté avec les aménagements de la Coulée Verte qui permet aux marcheurs, joggers, cyclistes et rollers de venir s’y promener, sans oublier les poussettes !

Ici, le programme de l’inauguration de la Coulée verte

Canal-Congres-RA

 

Un pont de chemin de fer sur le canal

Il est inscrit sur la carte postale ancienne : Pont de Soissons… je suis allée sur place et après avoir bien regardé le pont de chemin de fer de la ligne de Soissons et celle du pont de la ligne qui va vers Épernay, je pense qu’il y a bien eu une erreur, c’est la ligne d’Épernay !

Le canal se rétréci sous ce pont ce qui n’est pas le cas du canal à la hauteur de l’autre pont
On aperçoit, tout à fait sur la droite la pile en pierre qui à une forme triangulaire, ce n’est pas non plus le cas sur le pont de Soissons

Sur cette carte postale la passerelle pour les piétons a été endommagée, elle a été reconstruite au même niveau que le chemin de fer, on voit bien son escalier d’accès

J’ai été prise de cours quand le train est arrivé, c’est pour cette raison que cette photographie n’est pas complètement identique : on devrait y voir un peu plus le quai à gauche… le train n’attend pas !

vous pouvez voir une autre vue (mais sans le  train) prise presque du même endroit

Ici, le programme de l’inauguration de la Coulée verte

VV-VV-4-66-train

Le canal, vue prise du pont de Vesle

A gauche, boulevard Paul Doumer à droite l’allée des Tilleuls

Doumer, boulevard Paul [1932].

<= 99, boulevard Général-Leclerc, => 86, rue de Venise.
840 mètres de longueur.
Ancienne chaussée du Port, débaptisée le 27 mai 1932.

(1857-1932). Président de la République. Né à Aurillac (Cantal) le 22 mars 1857, mort assassiné à Paris 8e le 7 mai 1932. Joseph Athanase, dit Paul-Doumer vécut quelques années à Laon où il fut journaliste et adjoint au maire de Laon, rédacteur en chef du Courrier de l’Aisne et fondateur de la Tribune de l’Aisne. Franc-maçon depuis 1879, député de Château-Thierry en 1888, gouverneur général de l’Indochine de 1897 à 1902, député de l’Aisne de 1902 à 1910, sénateur de la Corse de 1912 à 1931, élu président de la République le 13 mai 1931, moins d’un an avant sa mort. Il épousa à Paris, en 1878, Blanche Marie Céline Richel (1859-1933). De ses cinq fils, trois furent tués pendant la guerre de 1914 et le quatrième mourut des suites de ses blessures. Paul-Doumer a rejoint ses 4 fils au Cimetière de Vaugirard.

Source : Jean-Yves Sureau dans La Vie Rémoise

Ici, le programme de l’inauguration de la Coulée verte

VV-VV-4-61-canal

Les Bains des Trois-Rivières

Situés sur la Vesle, près du pont Huon, les bains municipaux des Trois Rivières étaient des lieux très fréquentés. Aux Trois Rivières, l’accès était gratuit, seules les cabines étaient payantes.

Edouard Labbe et son fils Léopold, dit Paulo, donnaient des leçons de natation. Le basket était également pratiqué.

Les descendants de la famille Labbe en assurent encore l’entretien et le gardiennage.

 

3Rivieres-MT-RA

Carte postale : collection Michel Thibault (Amicarte 51)

 

3Rivieres-JL-RA

Photographie : collection  Mme Josette Labbe

 

DSC_0683 copie

 

75-3Rivieres

 

Le long de la coulée verte, allée des Tilleuls

Au fond, à droite on voit l’auberge des Trois Poissons, aucune des maison visibles sur la carte postale ancienne n’a survécu à la Grande Guerre, on peut voir sur la photographie actuelle la bretelle d’accès au pont du Général-de-Gaulle

Tilleuls, allée des.

<= 54-56, pont du Général-de-Gaulle, => Stade Auguste-Delaune.
586 mètres de longueur

pont-de-vesle

Le Pont de Venise vu du canal

Ouverte à la circulation en 1907, la passerelle en béton de la rue de Venise permet aux piétons de franchir le canal en leur offrant un point de vue privilégié. Elle relie la rue de Venise à la rue du Pont-Neuf (actuelle rue Léo-Lagrange).

Juste à côté un pont tournant donne alternativement le passage aux péniches et aux voitures hippomobiles, charrettes à bras, vélos et premiers véhicules à moteur.

Aujourd’hui le pont enjambe à la fois le canal, la Vesle et la Voie Taittinger (ex-autoroute A4).

 

PtVenise-VV

 

Carte postale : collection Véronique Valette

 

Le Port

Cliché fait en décembre 1918, montrant une péniche coulée par les Allemands dans le port situé sur le canal, le long du boulevard Paul Doumer. La vue est prise en direction du pont de Venise. (Collection personnelle).

 

Port-BK-RA

 

Le canal et la rue Libergier

La création d’un distributeur urbain pour mieux irriguer et desservir la ville, le long de la Vesle, a nécessité la création de la bretelle inesthétique qu’on peut voir sur cette vue actuelle.

canal-libergier

Pour comprendre le changement spectaculaire opéré entre ces deux vues, il faut savoir que :

Le plan Rotival a été élaboré dans le cadre de la nouvelle réglementation qui institue en 1958 les plans d’urbanisme directeurs qui tracent le cadre général d’aménagement et de développement des villes. Ces plans sont induits par l’essor démographique avec une population qui double entre 1954 et 1968 (baby-boom) et par le développement économique de l’après-guerre et de la reconstruction après la seconde guerre mondiale.

Dépassant le strict cadre de la réglementation des anciens plans et leur vision empirique de l’avenir, la municipalité rémoise qui connaît un nouveau dynamisme avec l’élection de Jean Taittinger comme député de la Marne en 1958 et comme maire de Reims en 1959, va engager une nouvelle dynamique de développement rompant en cela avec l’approche prudence et limitée de la municipalité précédente avec le pharmacien René Bride. C’est dès 1956 que le CEARR prend contact avec l’urbaniste Maurice Rotival (1897-1980) associé à Henri Prost un des premiers urbanistes de la SFU et membre du Musée social. Dès 1958, Jean Taittinger intervient auprès du Ministre de la construction, Pierre Sudreau qui choisit Reims comme champ d’application de la méthode de « planification scientifique » développée par Maurice Rotival. C’est à cette époque que Jean-François Gravier dresse son bilan d’une France coupée en deux : Paris et le reste, avec son ouvrage : Paris et le désert français. Aussi, la stratégie développée par le nouveau pouvoir local regroupé autour du CEARR et la CCI avec Jean Taittinger va être d’attirer à Reims des entreprises trop à l’étroit dans le contexte parisien pour induire une dynamique de développement de la région rémoise afin de prendre le relais d’une industrie textile sur le déclin.

Source Wikepédia

Par contre l’aménagement de la Coulée verte, plus récente, trait d’union entre l’est et l’ouest de la ville, évolue entre la Vesle et le canal c’est un espace qui, au fil de l’eau, se prête aux pratiques sportives, à la promenade, aux animations.

coulee-verte

Le pont du chemin de fer sur le canal

Carte postale ancienne : Pierre Fréville – pendant la Grande Guerre

Le pont est partiellement détruit, des étais en bois ont été installés pour soutenir ce qu’il en reste, des soldat sont présents

Pont de chemin de fer sur le canal
Pont de chemin de fer sur le canal