Au cours du XIXe siècle, l’idée que le nettoyage du corps doit être régulier pour améliorer les conditions d’hygiène s’impose progressivement. Les logements n’ayant pas encore l’eau courante, ce sont les bains publics qui permettent à la population ouvrière de se laver et laver son linge à bas prix. Sur le modèle des établissements anglais et allemands pionniers, les établissements de bains et lavoirs publics à bon marché se développent dans les grandes villes à partir de 1851, encouragés par un crédit spécial accordé par l’État.

Les travaux des bains et lavoirs publics rue Ponsardin à Reims sont décidés par le Conseil municipal en juillet 1852. L’établissement est créé sous la forme d’une société privée, gérée par un conseil d’administration. Qualifié d’utopie lors de son inauguration, il est finalement un succès et apporte dès la première année de fonctionnement 30 000 francs de bénéfices à la ville. Devant cette réussite exemplaire, plusieurs villes veulent copier l’établissement rémois et demandent les plans.

En 1888, l’établissement permettait 35 000 bains et le lavage de 900 000 kg de linges par an. Des travaux sont nécessaires pour l’agrandir et le moderniser. Des essoreuses à vapeur sont ainsi installées à la fin du siècle. L’établissement n’existe plus aujourd’hui ; il a été détruit pendant les bombardements de la ville lors de la première guerre mondiale.

Archives Municipales et Communautaires

Carte postale ancienne : Michel Thibault/Pierre Cosnard

icon-car.png
Rue Ponsardin

chargement de la carte - veuillez patienter...

Rue Ponsardin 49.251238, 4.040909

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *