Rue Carnot

La Cour du Chapitre

On entre dans cette cour soit par la rue Carnot (en passant sous la Porte du Chapitre), soit par la rue du Préau depuis la rue Robert de Coucy. Le Chapitre formait une ville dans Reims avec son église St-Michel, sa prison, son école de théologie et de droit canon, ses commerces : boucherie, paneterie et une bibliothèque. La salle preciosa donnait directement accès à la cathédrale.

La carte postale montre qu’à la fin de la Première Guerre Mondiale, il ne restait que la façade de la Porte du Chapitre.

 

 

Rue Carnot

Cette carte postale a été envoyée en 1937
Éditions « OR », Ch. Brunet, Reims

La Porte du Chapitre

Carte postale de la Porte du Chapitre datant des années 1930.

 

 

La rue Carnot

L’ancien Conservatoire devenu le Conservatoire à rayonnement régional de Reims se situe actuellement rue Gambetta

Cette carte postale ancienne a été réalisée par la Compagnie des arts photomécaniques (CAP) (1932 – 1969)
La plaque d’immatriculation :  cette numérotation a eu court entre 1928 à 1950, KJ était le symbole de la Marne.

Rue Carnot <= 1-2, place Royale, => 2, place Myron-Herrick.
La rue fut dénommée aussitôt après l’assassinat du président de la République. Sous le coup de l’émotion, on débaptisa la rue des Tapissiers. La dernière pensée de Carnot aurait été pour Reims, car 10 minutes avant de monter dans la voiture fatale, Carnot aurait dit au maire de Reims combien il avait gardé un bon souvenir de son voyage dans notre Ville et combien il était heureux de lui serrer la main.

Place Myron T.-Herrick

La carte postale des années 1960 montre la place Myron T.-Herrick, souvent (et à tort) appelée place du Théâtre. Elle porte le nom d’un ambassadeur des Etats-Unis en France. La vue est prise depuis la rue Carnot.

Herrick, place Myron T. [1929].

<= 22-25, rue Carnot, => rue de Vesle.
70 x 15 mètres.
Ancienne place du Palais-de-Justice.

(1854-1929). Ambassadeur des États-unis. Né à Huntington (Ohio) le 9 octobre 1854, mort à Paris le 1er avril 1929. Myron T. Herrick, pendant la guerre 1914-1918, contribua à la création des hôpitaux américains en France. Il apporta ensuite une aide précieuse à la reconstruction des villes, leur ravitaillement et leur équipement. Il vint à Reims, le 19 juillet 1921, pour la pose de la première pierre de la nouvelle bibliothèque. Le 21 mai 1922 il posa celle de l’Hôpital Américain. Il reviendra à l’inauguration de ce dernier le 30 avril 1925 et le 11 mai 1927 à celle des nefs de la cathédrale. (La Vie Rémoise)

 

 

 

La Porte du Chapitre, rue Carnot

En savoir plus sur la Porte du Chapitre sur notre site « La documentation de ReimsAvant »

Rue Carnot

Il y a 40 ans !
Photographie : Gilles Labbe, 4 janvier 1977

Carnot, rue [1894].

<= 1-2, place Royale, => 2, place Myron-Herrick.
La rue fut dénommée aussitôt après l’assassinat du président de la République. Sous le coup de l’émotion, on débaptisa la rue des Tapissiers. La dernière pensée de Carnot aurait été pour Reims, car 10 minutes avant de monter dans la voiture fatale, Carnot aurait dit au maire de Reims combien il avait gardé un bon souvenir de son voyage dans notre Ville et combien il était heureux de lui serrer la main.

Source : Jean-Yves Sureau dans La Vie Rémoise

1977-01-04-rue-carnot

Place Myron-Herrick

Carte postale semi-moderne qui a voyagé en 1950. (Collection personnelle)

Herrick, place Myron T. [1929].

<= 22-25, rue Carnot, => rue de Vesle.
70 x 15 mètres.
Ancienne place du Palais-de-Justice.

(1854-1929). Ambassadeur des États-unis. Né à Hunstington (Ohio) le 9 octobre 1854, mort à Paris le 1er avril 1929. Myron T. Herrick, pendant la guerre 1914-1918, contribua à la création des hôpitaux américains en France. Il apporta ensuite une aide précieuse à la reconstruction des villes, leur ravitaillement et leur équipement. Il vint à Reims, le 19 juillet 1921, pour la pose de la première pierre de la nouvelle bibliothèque. Le 21 mai 1922 il posa celle de l’Hôpital Américain. Il reviendra à l’inauguration de ce dernier le 30 avril 1925 et le 11 mai 1927 à celle des nefs de la cathédrale.

Vue faite depuis la rue Carnot vers la rue de Vesle.

 

theatre-pj-bk-ra

 

La rue Carnot et le magasin de chaussures « Le Chat Perçant »

Le magasin se trouvait à l’angle de la rue Carnot et de l’ancienne rue de Deux Anges. Le dédales de petites rues ont été complètement bombardées et remplacé par le cours Langlet.

Carte postale ancienne : Jean-Louis Dufour, merci à lui.

Carnot, rue [1894].

<= 1-2, place Royale, => 2, place Myron-Herrick.
La rue fut dénommée aussitôt après l’assassinat du président de la République. Sous le coup de l’émotion, on débaptisa la rue des Tapissiers. La dernière pensée de Carnot aurait été pour Reims, car 10 minutes avant de monter dans la voiture fatale, Carnot aurait dit au maire de Reims combien il avait gardé un bon souvenir de son voyage dans notre Ville et combien il était heureux de lui serrer la main.

(1837-1894). Président de la République. Né à Limoges le 11 août 1837, mort à Lyon le 25 juin 1894. Marie François Sadi Carnot, fut président de la République de 1887 à 1894. Il épousa à Paris, en 1863, Cécile Marie Pauline Dupont-White (1841-1898) et leur petite-fille, Anne Carnot, épousa René Giscard d’Estaing, grand-oncle de Valéry Giscard d’Estaing. Sadi Carnot était le fils du journaliste Hippolyte Carnot (1801-1888), député de Paris, sénateur, franc-maçon, ministre de l’Instruction publique, et le petit-fils du général Lazare Carnot, ministre de la Guerre. Sadi Carnot vint à Reims le 18 septembre 1891 et y fut reçu par le maire Henri Henrot. Il fut inhumé au Panthéon aux  côtés de son grand-père.

chat-persan

rue-Carnot2

On peut bien remarquer que sur cette carte postale qui date d’avant la Grande Guerre, la rue Carnot était plus étroite qu’aujourd’hui. La Porte du Chapitre qui était restée debout a été démontée pierre à pierre pour être remontée quelques mètres plus loin.

Ci-dessous, place la Myron-Herrick (nommée ainsi en 1919) ; on voit bien le magasin du chat Perçant en face, à l’angle gauche de la rue Carnot

rue-carnot

Enfin, après la Grande Guerre, Le Chat Perçant a disparu et les maisons sont toutes en ruines de ce côté de la place.

place-myron

Herrick, place Myron T. [1929].

<=22-25, rue Carnot, => rue de Vesle.
70 x 15 mètres.
Ancienne place du Palais-de-Justice.

(1854-1929). Ambassadeur des États-unis. Né à Hunstington (Ohio) le 9 octobre 1854, mort à Paris le 1er avril 1929. Myron T. Herrick, pendant la guerre 1914-1918, contribua à la création des hôpitaux américains en France. Il apporta ensuite une aide précieuse à la reconstruction des villes, leur ravitaillement et leur équipement. Il vint à Reims, le 19 juillet 1921, pour la pose de la première pierre de la nouvelle bibliothèque. Le 21 mai 1922 il posa celle de l’Hôpital Américain. Il reviendra à l’inauguration de ce dernier le 30 avril 1925 et le 11 mai 1927 à celle des nefs de la cathédrale.

Les chaussures « Succès », rue Carnot.

Actuellement l’agence de la Société Générale. Sur la droite, se  trouvait, dans les années 1960, le magasin d’un photographe

3-rue-carnot