Place de la République

« La Petite Vitesse » fin 1918

Le café de « la Petite Vitesse » est aujourd’hui le « bar d’Anvers ». La carte postale date de la fin de l’année 1918, la guerre est finie, la vie reprend lentement son court. Tout est à reconstruire.

Il y a quelques jours nous vous avons montré une autre vue de ce café, prise au début 1917.

 

petitevitesse1918-bk-ra

 

Photo de Gallica.bnf.fr montrant le même endroit en décembre 1917 :

av-laonpvit2

 

La tombe de l’abbé Miroy

Le premier résistant à l’envahisseur de Reims date de la guerre de 1870

Il s’appelle Charles Eugène Miroy (1828-1871), prêtre de son état, fusillé par les Prussiens le 12 février 1871

Voir l’article complet sur la Documentation de ReimsAvant

CPA : collection Béatrice Keller, photographie actuelle : Lucette Turbet

Vous n’observez pas 7 différences entre les deux photos mais une seule, d’importance  : la première “marche” portant l’inscription « souscription publique » a disparu et c’est fort dommage pour le Gisant, rabaissé, donc moins bien mis en valeur.
Une nouvelle souscription est lancée par l’association René de Saint-Marceaux pour réaliser une copie en résine du Gisant qui remplacera sur le tombeau le bronze original,  mis à l’abri au musée des Beaux-Arts.”

AbbeMiroy-2-BK

Le café de « La Petite Vitesse »

Situé à l’entrée de l’avenue de Laon (depuis la place de la République) le café de « La Petite Vitesse » s’appelle aujourd’hui le « Bar d’Anvers ». C’est sur les entrepôts de « La Petit Vitesse » qu’étaient déchargés les wagons de marchandises. Nos contemporains connaissent mieux l’endroit sous l’appellation « SERNAM ».

La carte postale date du début de 1917. Regardez la photo de Gallica.bnf.fr (à la suite de l’avant-après) qui est d’août 1917, vous remarquerez les destructions notables faisant certainement suite à l’Offensive Nivelle d’avril 1917 sur le Chemin des Dames et les Monts de Champagne.

 

 

petitevitesse1917-bk-ra

 

av-laonpvit1-2

 

La Fontaine et le Monument

 

Pendant longtemps un simple jet d’eau a remplacé la fontaine Bartholdi détruite pendant la Première Guerre Mondiale. Depuis l’arrivée du tramway, la place de la République a été remaniée et l’espace dégagé permet l’installation de diverses manifestations.

Carte postale semi-moderne : collection personnelle

 

Monum-Jet

 

53-Monum-Jet-RA

 

La Fontaine Bartholdi, place de la République

Frédéric Auguste Bartholdi : Célèbre sculpteur alsacien, il est l’auteur de 35 monuments, notamment la statue de la Liberté éclairant le monde, (1886), située à l’entrée du port de New York, et aussi du Lion de Belfort, (1880), construit pour célébrer la résistance héroïque de la ville lors du siège de 1870-71. C’est aussi lui qui est le père de cette fontaine rémoise. Fontaine qui se trouvait jadis au « Rond-point de la porte Mars », actuelle place de la République face au monument aux Morts.

L’été, elle coulait les jeudis et dimanches après-midi.

 La fontaine a été détruite lors de la Première Guerre Mondiale et démontée en 1923.  On ne garda que le bassin circulaire  (le mécanisme pour le jet d’eau était, lui aussi, le circuit d’eau d’origine de la fontaine). En fait, seuls les débris de la fontaine ont été enlevés en 1923.

Le bassin et le jet d’eau furent démontés en 1935.
C’est sur ce même emplacement que le Luchrone (plus connu sous le nom d’ « Oeuf lumineux ») fut installé en 1989.

La fontaine était en bronze et la réalisation avait été faite par les fonderies DURENNE à Sommevoire , elle a été inaugurée en 1885. 
Sources : 

C’est dans l’été 1918 que la Fontaine sera détruite.  

La fontaine bartholdi place de la République
La fontaine bartholdi place de la République

Porte de Mars

La porte de Mars est un monument romain de Reims, du IIIe siècle. Elle tient son nom de la proximité d’un temple dédié à Mars, dieu romain de la guerre. Ce monument est le plus large arc du Monde romain.

La porte de Mars a été classée monument historique en 1840.

porte-de-mars