Avenue Jean-Jaurès

Le Tramway devant le Cimetière de l’Est

C’est en 1900 que Reims décide de moderniser son réseau de transports en commun en remplaçant les vieux tramways à chevaux, que l’on appelait les « cars à crottins », par des tramways électriques, qui seront eux surnommés « cars électriques » !!!

La carte postale est début du XXe siècle et montre la motrice n° 58 de la ligne n° 1 (Faubourg Cérès – La Haubette) arborant une publicité pour « Ricqlès ». Elle est stationnée au terminus devant le cimetière de l’Est.

 

TramJJau-RA

Carte postale : collection Michel Thibault (Amicarte 51)

 

86-TramJJau-RA1

 

L’Entrée du Cimetière de l’Est

Le cimetière de l’Est a été créé en 1891. Il possède le premier crématorium de Reims ouvert en 1903 et dont l’activité perdura jusqu’en 1972 et un monument érigé en mémoire des militaires d’Outre Mer.
Outre les concessions traditionnelles, il existe des concessions cinéraires.

www.reims.fr

Cette carte postale de la Grande Guerre, est prise depuis l’intérieur du cimetière. (Collection personnelle)

 

Cim-Est

 

La Bibliothèque « Holden » 1900-1917

La bibliothèque municipale « Holden » est une petite bibliothèque de quartier. Elle a été offerte à la ville de Reims à la fin des années 1880 par l’industriel lainier Jonathan Holden dont l’usine se stituait non loin de l’extrêmité Est du faubourg Cérès. (« Reims il y a 100 ans en Cartes Postales Anciennes » d’Olivier Rigaud, éditions Patrimoines Médias).

Holden, Jonathan.
(1828-1906). Industriel, bienfaiteur de la Ville. Né à Bradford (Angleterre), décédé à Reims, 29, boulevard de la République, le 4 février 1906. Jonathan Holden fonda en 1880 une usine de textiles, les Nouveaux Anglais, et implanta dans la cité rémoise la première peigneuse circulaire, remplaçant le travail à la main et favorisa ainsi le développement de l’industrie des tissus. Parmi tant d’autres œuvres, créées ou subventionnées par lui, en 1887, il fit bâtir entièrement à ses frais l’élégant pavillon de la bibliothèque populaire du quartier Cérès (place Alfred Brouette), devenue annexe de la Bibliothèque municipale. Chevalier de la Légion d’honneur, il épousa Tamar Gill (1828-1892), puis Sarah Ellen Sugden. Il fut inhumé au Cimetière du Nord puis transféré, ainsi que son fils Isaac Holden, à Bradford.

Elle est située à l’angle de l’avenue Jean-Jaurès et du boulevard Jamin.

                                        Holden-BD

 

Elle sera bombardée pendant la Grande Guerre et reconstruite à l’identique.

La photo de Gallica.bnf.fr date du 26-8-1917.

                                        Holden-Gallica1

 

Avenue Jean-Jaurès

La carte postale montre la partie de l’avenue Jean-Jaurès située entre la rue Laurent-Déramez dont on aperçoit le coin à droite et la rue de Cernay, que l’on devine dans le bas.

Le grand immeuble situé au milieu (n°46) est le bar-hôtel « Saint-André »

Voir une autre vue de l’Hôtel Saint-André sur Reims Avant.

 

Jean-Jo-Hotel

 

Dispensaire Municipal, avenue Jean-Jaurès

La photo de Gallica date du 26 août 1917.

Ce dispensaire municipal était situé au 120 avenue Jean Jaurès (dénommée à l’époque « faubourg Cérès »), à l’entrée du boulevard Carteret.

Un bâtiment identique se trouvait de l’autre côté de l’avenue Jean-Jaurès, donc à l’entrée du boulevard Jamin et où était installé un commissariat.

Dispensaire Jean-Jaurès

 

Faubourg Cérès et le Dispensaire

Cette carte postale montre le faubourg Cérès, aujourd’hui avenue Jean-Jaurès. La vue est prise au carrefour avec le boulevard Carteret qui est à droite (le boulevard Jamin est à gauche et n’est pas visible sur la vue).

Le bâtiment, au premier plan servait de dispensaire à la Croix-Rouge. Il avait son homologue de l’autre côté de l’avenue, à l’embranchement avec le boulevard Jamin.

Est-ce qu’à leur origine ces bâtiments servaient à l’octroi pour l’entrée en ville ?

CPA : collection particulière

Voir sur Reims Avant : « Le Dispensaire Municipal, avenue  Jean-Jaurès ».

 

Dispens-JJo-BD

 

77-Dispens-JJo-BD-RA

 

Faubourg Cérès pendant la Grande Guerre

Collection : Pierre Bourquin, cette carte postale n’a pas voyagé – Cliché Jules Matot

Avenue Jean-Jaurès, autrefois Faubourg Cérès

Angle de la rue Jean-Jaurès et de la rue de Cernay
Angle de la rue Jean-Jaurès et de la rue de Cernay

Avenue Jean-Jaurès

Avenue Jean-Jaurès

L’octroi de l’avenue Jean-Jaurès

Cette carte postale montre le faubourg Cérès, aujourd’hui avenue Jean-Jaurès. La vue est prise au carrefour avec le boulevard Carteret qui est à droite (le boulevard Jamin est à gauche et n’est pas visible sur la vue).

Le bâtiment, au premier plan, et qui a été démoli en 1920, servait de dispensaire à la Croix-Rouge. Il avait son homologue de l’autre côté de l’avenue, à l’embranchement avec le boulevard Jamin.

De l’autre côté de la rue, le même bâtiment abritait dans les années 50 un commissariat de police et à côté se trouve toujours la bibliothèque Holden.

octroi-rue-Jean-Jaurès

Hôtel-Restaurant « Saint-André » 46 avenue Jean-Jaurès

Au début du XXe Siècle, la ligne de tramway Cérès-Porte de Paris passe devant l’hôtel-restaurant « Saint-André », 46 avenue Jean-Jaurès ; l’immeuble a été reconstruit après la première guerre Mondiale.

Source : « Reims le Tramway hier et aujourd’hui » de Michel Thibault, éditions Alan Sutton.

46 JeanJo

 

47-46JeanJo-RA-2