Construite au début de l’avenue de Laon, au cœur du quartier du même nom, cette église fut consacrée le 21 avril 1864 par Mgr Thomas Gousset, archevêque de Reims. Celui-ci y fut d’ailleurs enseveli après sa mort survenue à Reims le 22 décembre 1866. On peut admirer son tombeau dans le bras droit du transept. C’est un orant en marbre réalisé par le sculpteur Bonnassieux, inauguré le 14 mars 1872.

Le cardinal ouvrit une souscription de 1848 à 1853 pour cet édifice construit par Narcisse Brunette et Auguste Reimbeau. La façade qui accueille le soleil levant est de Wendling. Le transept est terminé pour l’inhumation de Mgr Gousset en 1872. Dans la nef, tout près de l’entrée de l’église, se trouve une grande croix fondue avec les restes de la cloche, détruite par les bombardements allemands de la Première Guerre mondiale. Sont également visibles dans la nef les quatorze tableaux composant le chemin de croix.

Dans le bras gauche du transept, on remarque une Vierge à l’Enfant nommée Regina pacis (« Reine de la paix ») près de laquelle a été fixée une plaque rappelant que c’est à deux cent cinquante mètres de cet édifice – dans une salle du collège technique et moderne de Reims, l’actuel lycée Roosevelt – que, le 7 mai 1945, à 2 h 41, fut signé par le général Alfred Jodl l’acte mettant fin à la Seconde Guerre mondiale en Europe. Source : Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.