Rue Thiers

La rue Thiers pendant la Reconstruction

La carte postale faite pendant la reconstruction de la ville a circulé en 1927. Elle montre la rue Thiers et tout de suite à droite, le Cours Langlet nouvellement percé. Regardez attentivement l’immeuble qui fait l’angle de ces deux rues : il est destiné à abriter une agence de la marque automobile Berliet ! Dans les années qui suivront ce sera un Goulet-Turpin. Ensuite les enseignes se succéderont. aujourd’hui c’est le magasin de décoration « Atelier Casa-Nova ».

Notez également le changement de direction des rails du tramway !

 

 

Ci-dessous un agrandissement de la façade avec l’enseigne « Berliet » :

 

 

Visite du président Poincaré le 19 octobre 1913

Visite du Président de la République, Raymond Poincaré le 19 octobre 1913
Cortège rue Thiers – Arc de Triomphe symbolisant les sports

20 août 1860. Naissance de Raymond, Nicolas, Landry Poincaré à Bar-le-Duc (Meuse). Après une licence en droit, il prête le serment d’avocat en décembre 1880

Le 18 mars 1909. Raymond Poincaré est élu à l’Académie française

Du 14 janvier 1912 au 20 janvier 1913. il est président du conseil, ministre des Affaires étrangères et met en place un gouvernement « d’union nationale ». Raymond Poincaré est élu président de la République.

13-23 juillet 1914. Il effectue un voyage officiel en Russie avec René Viviani, président du Conseil, pour renforcer les alliances, deux semaines après l’attentat de Sarajevo

4 août 1914. Viviani donne lecture aux Chambres du message de Raymond Poincaré qui lance la formule de « l’Union sacrée » : la France « sera héroïquement défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera devant l’ennemi l’union sacrée ».

13 octobre 1916. Poincaré se rend à Verdun et remet la croix de la Légion d’honneur à la ville martyre

En février-mars 1924. Il sauve le franc menacé par la spéculation mais la victoire du Cartel des gauches entraîne la démission de Poincaré e t du président Millerand, en juin 1924.

Le 15 octobre 1934. Raymond Poincaré s’éteint à Paris

Source : Service des archives et de l’information documentaire de la Présidence de la République.

Rue Thiers, visite de Poincarré

Rue des Boucheries

Boucheries, rue des.

<= 9-11, rue Thiers, => 42-44, cours Jean-Baptiste-Langlet.
110 mètres de longueur.
La fontaine des Boucheries, du 18e siècle, qui était située à l’extrémité du cours Langlet depuis 1935, a été à nouveau déplacée en 2009 pour rejoindre la place Jules-Lobet en raison du passage du tramway.

Des anciennes boucheries, devenues école ménagère en 1905. En 1722, on obtint la permission d’y vendre de la viande de porc. En 1763 les boucheries occupèrent l’emplacement de l’Hôpital-Général lorsque celui-ci fut transféré dans l’ancien collège des Jésuites. Des loges y furent construites en 1773.

Rue des Boucheries

La Reconstruction : Angle de la Rue Thiers et du Cours Langlet

La percée du Cours Jean-Baptiste Langlet, lors de la Reconstruction de la ville va permettre la construction d’immeubles remarquables qui font la particularité de Reims.

La vue est prise depuis la rue Thiers, vers la place de l’Hôtel de Ville.

CPA : collection personnelle

 

Thiers4

Photo actuelle : juin 2013

L’Hôtel de Metz en 1914

L’Hôtel de Metz était situé à l’angle des rues Thiers et Talleyrand (n° 39 rue Thiers). En septembre 1914, les bombardements ne font que commencer… Sur notre site Reims 14-18, lire le témoignage de Paul Hess (directeur du Mont-de-Piété) où il parle des dégâts qu’a subi cet hôtel le 14 septembre 1914, ainsi que le reste du quartier.

Carte postale : collection personnelle. Editeur Jaouen-Carnot

 

Thiers-Talleyrand

 

Thiers-Talleyrand2

 

61-Thiers-Talleyrand-RA

 

Le Cortège en l’honneur de Jeanne d’Arc

Ce 17 juillet 1929, la ville de Reims qui fut jadis « Ville des Sacres », célèbre le cinquième centenaire du sacre de Charles VII.

En effet c’est le 17 juillet 1429 que Jeanne d’Arc, après la prise d’Orléans, conduit le Dauphin de France en la cathédrale de Reims pour le faire sacrer Roi.

Lire ICI sur le site de l’Académie Française, le discours prononcé en 1929 par M. Alfred BAUDRILLART de L’Académie Française, Archevêque de Mélitène, intitulé : « LE SACRE DE CHARLES VII ET LE TRIOMPHE DE JEANNE D’ARC ».

La photo montre le défilé arrivant place de l’Hôtel de Ville, depuis la rue Thiers.

Photo N&B : Coll. Michel Thibault – Laurent Leroy

CortegeJdA

ob_eb57a8_50-cortegejda-ra1

« A la Boule d’Or » rues Thiers et Talleyrand

Cette carte Postale et aussi une carte publicitaire puisque son verso (voir ci-dessous) fait « la réclame » pour l’établissement « A la Boule d’Or » qui est à la fois un hôtel-restaurant offrant tout le « confort moderne » avec ses chambres bénéficiant du chauffage central.

Nous sommes dans l’entre-deux guerres, la reconstruction est achevée.

Carte : collection personnelle

Éditeur OR (Charles Brunel)

Boule d'Or

ob_121f05_bouleror-verso

Rue Thiers prise de la place de l’Hôtel de Ville

Cette carte a été envoyée le 10 novembre 1907, à cette époque, les arbres du square Colbert n’empêchaient pas de voir la Gare comme aujourd’hui. Collection personnelle

Les rails de l’ancien tramway sont encore visibles entre les pavés et le goudron.

A part la première maison à gauche, on peut voir que la rue Thiers, même si les maisons ont subi beaucoup de tirs de shrapnels, a gardé l’essentiel de ses immeubles.

Rue Thiers
Rue Thiers

Rue Thiers

L’Hôtel de ville a brûlé le 13 mai 1917. Sur la photographie on voit bien que le toit est absent, on peut donc penser que cette photographie date d’après mai 1917

Photographie : Laurent Leroy-Bernard. Merci à lui ; allez voir son site sur le succursalisme et la saga Goulet-Turpin

Thiers, rue [1878].

<= place de l’Hôtel-de-Ville, => 35-37, boulevard Foch.
273 mètres de longueur.
Ancienne rue de la Gare. Débaptisée, par ordre du gouvernement en 1946, en faveur de Lucien Sampaix, elle redevint rue Thiers en 1955.

(1797-1877). Homme d’État. Né à Marseille le 15 avril 1797, mort à Saint-Germain-en-Laye le 3 septembre 1877. Adolphe Marie Joseph Louis Thiers, président de la République de 1871 à 1873, épousa à Paris 1833 Elise Eulalie Dosne (1818-1880). Il repose au Père-Lachaise, où sa chapelle fut plastiquée lors du centième anniversaire de la Commune.

Rue Thiers
Rue Thiers

Rue Thiers pendant la Grande Guerre

La photographie de cette carte postale, sans date, a été prise pendant la guerre 1914-18, sans doute après le bombardement incendiaire de la Mairie et du quartier en mai 1917.

On voit bien que le Cours Langlet n’est pas encore percé.

Sur la légende, il est écrit que la photographie a été prise de la rue Noël ce qui n’est pas possible (voir la carte ancienne). Les deux rues qu’on voit, à droite étaient : la rue des Telliers et la rue de la Renfermerie qui se prolongeaient pour la première, jusqu’à la rue Thiers, et la seconde au delà de la rue Thiers.

Merci à Nicolas Monteil et à l’équipe du magasin Flamant, 24 rue Thiers, de son aide pour la prise de vue de la photographie prise de leur premier étage.

Rue Thiers
Rue Thiers

plan - Copie

Rue Thiers

Avant guerre

rue-thiers