Rue du Colonel Fabien

La Vesle derrière la propriété d’Edouard Redont

La carte postale montre la Vesle au niveau du jardin de la maison d’Edouard Redont qui était située à l’emplacement de l’actuelle « Comédie ». La vue actuelle est prise depuis le pont de Vesle.
A gauche, la rangée d’arbres qui borde le canal a aujourd’hui disparu.
La Vesle était beaucoup plus large à cet endroit, on peut constater aujourd’hui que la traversée urbaine dite « Voie Jean Taittinger » est en partie à sa place.
Bien sûr la hauteur de l’actuel pont de Vesle  est plus importante que le pont qui traversait la Vesle au début du XXe siècle.
Cet avant-après est donc très approximatif mais permet de situer cette carte postale avec le petit édicule de « style Redont » qui était dans le jardin de la propriété du célèbre paysagiste (remplacé maintenant par l’arboretum) et les lavoirs sur la Vesle qui se trouveraient, s’ils n’avaient pas été démolis, derrière le Centre International de Séjour.
Voir sur « La Documentation de Reims Avant », l’article sur la Maison Redont : cliquez ICI

La carte postale ci-dessous montre l’extrémité de la propriété mais vue dans l’autres sens :
 
Collection Pierre Fréville (Amicarte 51).

Les troupes Sénégalaises sous la Porte de Paris

Au début de la Première Guerre Mondiale, les troupes Sénégalaises prennent part à la Première Bataille de la Marne (qui a lieu du 6 au 12 septembre 1914).
Lors de leur repos à Epernay, elles attirent la curiosité des habitants, adultes et enfants.
Elles arrivent d’Epernay à Reims à pieds et, dès l’entrée dans la ville, elles défilent fusil sur l’épaule en descendant l’avenue d’Epernay.
Sur la carte postale, on les voit passer sous la Porte de Paris sous l’oeil des badauds .
Carte postale : collection Michel Thibault (Amicarte 51)
Seneglais-PParis-MT-RA

Le Pont de Pierre ancien Pont de Vesle

En bas de la rue de Vesle, avant la Première Guerre Mondiale, une passerelle métallique enjambait le canal et le Pont de Pierre (notre carte postale) passait sur la Vesle qui était beaucoup plus large. Ensuite le pont de Vesle a été construit pour passer, d’un bond, sur le canal et la Vesle, puis a été modifié pour survoler également l’autoroute A4 (aujourd’hui Voie Taittinger). L’actuel Centre Saint-Exupéry a remplacé la propriété de l’architecte paysagiste Edouard Redont et le « Café National » est devenu « Le National ».

A l’époque cette partie de la « Rue du Colonel-Fabien » s’appelait encore « Rue de Vesle ».

Voir sur ce site « le Café National »

 

RueVesle3-RA

 

Le « Café National »

Ces deux avant-après montre le « Café National » avant et après la Première Guerre Mondiale.

Si la carte postale indique « Rue de Vesle » c’est bien sur l’actuelle « Rue du Colonel Fabien » que ce situe ce bar aujourd’hui appelé « Le National ».  Cette partie de la rue de Vesle a été débaptisée après la Deuxième Guerre Mondiale (Voir ci-dessous) :

Fabien, rue du Colonel [1946].

<= 192-193, rue de Vesle, => 1-2, avenue de Paris.
Ancienne rue de Vesle, débaptisée pour la partie comprise entre le pont de Vesle et l’ancien emplacement de la Porte-Paris, à l’endroit par lequel, venant de la capitale, le Colonel-Fabien serait entré dans notre cité. Ce changement de dénomination fut imposé par le gouvernement.

(1919-1944). Résistant. Né à Paris le 21 janvier 1919, mort à Habsheim (Haut-Rhin) le 25 décembre 1944. Georges Pierre, dit Fabien, ouvrier métallurgiste, commanda un des premiers groupes d’action du parti communiste. Le 21 août 1941, Fredo, à la station de métro Barbès, tua d’un coup de revolver un aspirant de la Kriegsmarine. 50 otages furent fusillés le lendemain. Il mit ainsi en branle l’engrenage des attentats et des exécutions d’otages. A 26 ans, il fut nommé colonel par ses camarades et lors de la Libération s’élança à leur tête à la poursuite de l’ennemi. Quelques jours après la délivrance de notre ville, son groupe se serait présenté aux portes de Reims et aurait été reçu, dans Courlancy par une quarantaine de partisans rémois. En Haute Alsace, où il rejoignit la 1ère armée française, le 25 décembre au soir, le poste de commandement de Fabien sauta. En voulant étudier le mécanisme d’une mine, Fabien causa ainsi sa mort et celle de ses compagnons. La dépouille du Colonel-Fabien repose au Père-Lachaise sous le Monument de la brigade Fabien. (La Vie Rémoise)

 

RueVesle2-RA

 

RueVesle1-RA

 

La porte de Paris avant la Grande Guerre

Cette carte postale a été envoyée en 1907. Collection personnelle

Il ne reste à cet endroit que les deux piles de la Porte de Paris de chaque coté de la rue, elle se trouve maintenant dans les Basses promenades, près du Cirque.
Cette porte, grille en fer forgé , aux armes de France, fut inaugurée en 1776, elle se trouvait aux abords de la Vesle, elle fut déplacée en 1847, et remontée ici à la hauteur des anciens abattoirs. Devant le trafic automobile grandissant elle sera à nouveau démontée en 1949, séjournera jusqu’en 1953 dans des caisses, année où elle sera remontée dans les basses promenades. la porte Paris est l’oeuvre de deux serruriers rémois Lecoq et Revel, commandée pour le sacre de Louis XVI en remplacement de la porte Vesle, la porte ne sera achevée qu’en 1776, soit un an après le sacre…. en 2000 elle sera nettoyée. Avec ou sans porte, pour bon nombre de rémois le quartier et le carrefour Martin-Peller sont toujours celui de la Porte de Paris.
Porte classée aux monuments historiques le 18-12-1919 [source CFPPHR]

Rue du Colonel Fabien, Pierre Félix Georges, dit (baptisée en 1946) Il fit partie des Jeunesses Communistes. Il commença des actions de résistance sous le pseudonyme de Frédo. Commandant FTPF ( Francs Tireurs et Partisans Français) à Paris pendant la 2ème guerre mondiale (21/09/1919-27/12/1944) Il commit le premier attentat le 21/08/1941 contre un officier allemand, l’aspirant Moser; ce qui amena une répression dont pâtit D’ Estienne D’ Orves et d’autres. Après la libération de Paris, il forma une unité de 500 hommes incorporés dans l’armée française sous le nom de 151ème régiment d’infanterie. Mort au combat en Alsace. [source J-C Thuret]

Porte de Paris
Porte de Paris

Angle de la rue du Colonel Fabien et de la Chaussée Bocquaine

Carte postale ancienne : 1930, collection Pierre Fréville

A la fin du XIXe et début du XXe siècle, la rue du Colonel Fabien s’appelait encore rue de Vesle (jusqu’à la Porte de Paris), elle est devenue la rue du Colonel Fabien depuis 1946; c’est à cet endroit par lequel, venant de la capitale, le Colonel Fabien serait entré dans notre cité.

Le café National, à l’angle de la Chaussée Bocquaine, est tenu en 1895 par Denis Barcq et, en 1912 par Ernest Vuillemet.

Source : « Reims le tramway, hier et aujourd’hui » de Michel Thibault, éditions Alan Sutton.

Rue du colonel Fabien
Rue du colonel Fabien

La Porte de Paris, rue du Colonel Fabien

Photographie sur plaque de verre double, collection personnelle (ancienne collection Herbert)

Cette porte, grille en fer forgé , aux armes de France, fut inaugurée en 1776, elle se trouvait aux abords de la Vesle, elle fut déplacée en 1847, et remontée ici à la hauteur des anciens abattoirs (actuellement la clinique des Bleuets). Devant le trafic automobile grandissant elle sera à nouveau démontée en 1949, séjournera jusqu’en 1953 dans des caisses, année où elle sera remontée dans les basses promenades. la porte Paris est l’œuvre de deux serruriers rémois Lecoq et Revel, commandée pour le sacre de Louis XVI en remplacement de la porte Vesle, la porte ne sera achevée qu’en 1776, soit un an après le sacre….

La porte fut déplacée dans les années 1960 aux Basses-promenades où elle se trouve actuellement rue de Bir-Hackeim. En 2000 elle sera nettoyée. Avec ou sans porte, pour bon nombre de rémois le quartier et le carrefour Martin-Peller sont toujours celui de la Porte de Paris.
Porte classée aux monuments historiques le 18-12-1919 [source CFPPHR]

Paris, avenue de [1887].

<= 46-49, rue du Colonel-Fabien, => avenue Paul-Vaillant-Couturier à Tinqueux.
570 mètres de longueur.

Porte de Paris, rue du Colonel Fabien
Porte de Paris, rue du Colonel Fabien

Les Allemands à Reims sur la route de Paris

Photographie : collection Romain Urli, merci à lui
Cette photographie a été prise le 12 juin 1940 par les Allemands.

Cette porte, grille en fer forgé , aux armes de France, fut inaugurée en 1776, elle se trouvait aux abords de la Vesle, elle fut déplacée en 1847, et remontée à la hauteur des anciens abattoirs, (actuelle clinique des bleuets située rue du colonel Fabien et de la rue Martin Peller). Devant le trafic automobile grandissant elle sera à nouveau démontée en 1949, séjournera jusqu’en 1953 dans des caisses, année où elle sera remontée dans les basses promenades. la porte Paris est l’œuvre de deux serruriers rémois Lecoq et Revel, commandée pour le sacre de Louis XVI en remplacement de la porte Vesle, la porte ne sera achevée qu’en 1776, soit un an après le sacre…. en 2000 elle sera nettoyée.

Avec ou sans porte, pour bon nombre de rémois le quartier et le carrefour Martin-Peller sont toujours celui de la Porte de Paris.
Porte classée aux monuments historiques le 18-12-1919.

Porte de Paris
Porte de Paris