Rue Cérès

La statue de Louis XV sur la place Royale

La statue de Louis XV sur la place Royale, vue sous un angle différent des cartes postales habituelles puisque la photo est prise en direction de la rue Cérès.

Carte postale des années 1930.

 

 

Rue Cérès, le Café Louis XV, 1928

Carte postale : collection JLJF, merci à lui

La pleine époque de la Reconstruction

« L’établissement datait de 1858 à l’enseigne « Café Louis XV » on l’avait connu dès 1819 place Royale N°10, à l’angle de la rue Cérès où un nommé Marchandise l’avait ouvert en 1844 et six ans plus tard le transféra au 5 rue Cérès. Cet établissement a fait partie de la décoration de notre ville et connu son heure historique. Les murs du Café Louis XV avaient été ornés de panneaux rustiques dus au pinceau de Hutin, élève de Pierre-Adhémar Marquant, peintre-verrier rémois.

1881 :  le café Louis XV, devient le rendez-vous du monde lainier, portant haut-de-forme lustré, jouant à la manille.

En 1914, le Café  « Louis XV » au N° 5 rue Cérès, démoli par les Allemands est reconstitué, dès l’armistice de 1918, sous forme d’un pittoresque baraquement, à tous vents.

En 1925, l’architecte Marcel Rousseau et le Maître d’œuvre Emile Thion reconstruisent le Louis XV dans le style Art Nouveau.

Beaucoup plus tard, un salon de coiffure « Pierre-Marie » à existé à la place du café. Ce salon restera très longtemps fermé. »

Source JLJF.

Voir le détail de l’immeuble actuel

Rue de la Gabelle

Cette carte postale a été envoyée le 21 février 1915.

Le numéro de la rue, le 20, n’a pas changé de place.

Avant  la Grande Guerre, on pouvait accéder à l’arrière du Mont-de-piété (Ancien Crédit Municipal, dit familièrement aussi : chez Ma Tante…)

Depuis quelques années, la rue a été fermée par une porte, cet emplacement a-t-il été privatisé, comment ? Pourquoi ?

Gabelle, rue de la [14e siècle].

<=18-20, rue Cérès, => 7, rue Eugène-Desteuque.
Il s’agit de la rue la plus étroite de la ville avec 1 m 40 à son entrée. Elle se serait appelée jusqu’au 17e siècle, populairement, rue écarquille-Con, de la difficulté que les dames auraient eu à suivre ce chemin partagé par un ruisseau fangeux.
205 mètres de longueur.

Il semblerait qu’à cet endroit se faisait la vente en gros du sel au profit des détaillants. On y voyait encore à la fin du 19e siècle de grands bâtiments qui auraient pu servir de grenier à sel.

Source Jean-Yves Sureau dans La Vie Rémoise

Carte postale : collection Thomas Geffrelot.

 

Rue de la Gabelle

L’imprimerie Bourquin, après la guerre et pendant la Reconstruction

Pour accompagner ces montages, ReimsAvant a publié un article documentaire sur l’imprimerie Bourquin : voir ici

rue-ceres2

Esplanade Cérès, le monument à la gloire des infirmières est en cours d’installation, on voit à gauche un baraquement provisoire, le clocher de Saint-André n’est pas encore reconstruit. Le bâtiment de droite qui abritait les cycles Doyen a été remplacé bien après la guerre, vers les années 80 (?) et remplacé par un garage/station service

rue-ceres

La Chocolaterie Deléans – Maître Artisan Chocolatier depuis 1874

Une fois n’est pas coutume, nous n’avons pas eu a intervenir pour cet avant-après qui nous a été proposé par Mme Francesca Frodefond, propriétaire depuis 1997 de cette célèbre chocolaterie rémoise.

La boutique Deléans Chocolaterie est située au 20 rue Cérès depuis 1874 !

Allez leur rendre visite, le Maître Chocolatier Vincent Frodefond vous étonnera par de nombreuses variétés de chocolats, insolites, pétillants en bouche, en forme de bouchon de champagne ou encore par les spécialités de la maison, comme L’Effervescence, le pavé de Reims à la nougatine et au praliné et tant d’autres…

Il y en a pour tous les goûts, les gourmands et les gourmets. Pour vous donner un avant-goût et aussi l’eau à la bouche, visitez leur site : deleans.fr

Et bonne dégustation !

La carte postale date de 1912. Un grand merci à Francesca Frodefond pour ce superbe document et sa photo actuelle (de 2011).

 

Deleans1

 

La rue Cérès depuis la place Royale

Cette carte postale montre les transformations des immeubles de la place Royale après la Grande Guerre.

Avant 1914 les façades sur arcades de la place se prolongeaient rue Cérès jusqu’à la rue de Nanteuil (côté gauche) et jusqu’à la rue de la Grue (côté droit) : notre photo. A la reconstruction ces prolongements ne seront pas rebâtis ce qui permettra la construction de la Poste Cérès, voir ICI sur Reims Avant. Notez au passage, l’élargissement de la rue qui est bien visible.

Quant au Comptoir de l’Industrie, c’est un nouvel immeuble de style Art Nouveau Tardif qui remplacera l’ancien bâtiment. Voir ICI sur Reims Avant.

Carte postale : collection personnelle, éditeur La Pensée.

Ceres-Grue2

Article précédent : Fontaine Subé, La Suippe

La rue Cérès et le comptoir de l’Industrie

Depuis les premiers jours de septembre 1914, les allemands pilonnent systématiquement le quartier des Laines situé entre la place Royale, la rue de l’Université, le quartier des Cordeliers et la place Godinot. Leur objectif : détruire la cathédrale, but qu’ils atteindront le 19 septembre.

Le Comptoir de l’Industrie (Maison L.Laurent et Carrée) situé dans ce quartier sera réduit en cendres en même temps que la cathédrale.

Il sera reconstruit en 1922 dans un style Art Nouveau tardif.

C’est aujourd’hui une résidence pour personnes âgées.

Carte postale : collection personnelle. Editeur E.L.D.

 

Ceres-Rue-BK

 

Rue Cérès – Grande Semaine d’Aviation

La Grande semaine d’Aviation de Champagne qui eut lieu du 22 au 29 août 1909, sur la plaine de Bétheny, fut l’occasion pour l’éditeur ELD (Ernest-Louis-Désiré Le Deley) de créer une série de cartes postales de Reims où des aéroplanes sont rajoutés lors du tirage de la photo et donnant ainsi l’illusion qu’ils survolent la ville.

La Deuxième Grande Semaine d’Aviation se déroulera en juillet 1910.

La carte postale montre la rue Cérès avec, à gauche un petit aperçu de la maison natale de Colbert. Cette maison sera détruite en 1914-1918.

Carte Postale : collection Fabrice Lamborelle

 

GSA-Ceres-FL

 

L’Hôtel des Postes – Rue Cérès

Initialement situé au 30 rue Cérès, l’Hôtel des Postes fut reconstruit après la Première Guerre Mondiale à l’angle de la rue de la Grue et de la rue Cérès, après avoir été provisoirement installé dans les locaux de la Chambre de Commerce.

Construit de 1927 à 1930, le bâtiment est l’oeuvre de l’architecte François Lecoeur. Sa particularité est la rotonde avec un toit en tuiles de verre et qui abrite le bureau de Poste.

La carte postale a voyagé en 1938, remarquez que le Clocher à l’Ange de la cathédrale n’est pas encore reconstruit.

Prochainement cet immeuble sera transformé en logements.

CPA : collection personnelle. Editeur Jacques Fréville.

 

PosteCeres

 

55-PosteCeres-RA

 

Le Comptoir de l’industrie

Carte postale ancienne 1950, collection et réalisation Denis Germain.
Réalisation de la photographie actuelle : Denis Germain.

Date du permis de construire : 27 mars 1922.
Architectes, Émile Thion et Marcel Rousseau
Raison sociale d’origine : Comptoir de l’Industrie
Maître d’ouvrage M. Louis Laurent.

L’édifice renvoie à l’Art Nouveau tardif, version École de Nancy, assagi. Des consoles cannelées, très étirées, soutiennent un puissant entablement. A l’angle deux travées spécifiques sont surmontées d’éléments aux consonances quelque pu organiques. L’aspect Modern Style s’exprime essentiellement au travers du graphisme des médaillons ou inscriptions.

Source : Olivier Rigaud, Marc Bedarida dans Reims Reconstruction 1920-1930, édité par la Ville de Reims, 1988

Comptoir de l'Industrie
Comptoir de l’Industrie
extrait du livre Reims Reconstruction 1920-1930
extrait du livre Reims Reconstruction 1920-1930

Rue Cérès

rue-ceres-place-royale

La rue Cérès vue de la place Aristide Briand

A gauche on voit une pharmacie-laboratoire, c’est toujours une pharmacie.

pharmacie-Quirin