Monument aux morts

Le Monument aux Morts

Le monument aux Morts de Reims est un ensemble architectural formé d’un hémicycle de colonnes de pierres, surélevé par un jeu de terrasses. Il est placé dans le Square de la Mission, ouvert sur la place de la République et regardant vers les Hautes-Promenades.

Cette œuvre magistrale inspirée des grands monuments de l’Antiquité est l’oeuvre de l’architecte rémois Henri Royer. Sur l’arc en façade centrale on peut lire : « Enfants de Reims tombés au champ d’honneur que ce monument édifié par votre ville meurtrie exprime à jamais son deuil et sa fierté ». 4 567 rémois sont morts pour la France et 740 victimes civiles sont décédées au cours de ce conflit.

Au centre de l’hémicycle, sur un socle, la statue en bronze de Paul Lefèvre représente un homme prostré, dans une position proche de celle du « Penseur » de Rodin et évoque la « Pensée accomplissant son effort de résurrection ».

De part et d’autre de l’hémicycle, deux bas-reliefs encadrent la statue centrale. Celui de gauche « 1914 le sacrifice » montre la peine des familles qui ont perdu l’un des leurs au cours du conflit. Celui de droite « 1918 la leçon du passé » est destiné aux générations futures pour qu’elles connaissent le sacrifice de leurs parents et insiste sur la leçon qu’elles doivent tirer de cette douloureuse épreuve.

C’est donc l’un des rares monuments de France qui délivre explicitement un message pédagogique. L’inauguration fut tardive, après la reconstruction de la ville, le 1er juin 1930. Il n’y a pas de noms inscrits sur l’édifice. La liste des morts est scellée dans une des pierres du monument.

Source : Monuments de Champagne 14-18

 

 

 

Le Cours Langlet à la fin de la Reconstruction

Photographie ancienne  des années 30-35 de A. Quentinet.

A cette époque, le monument aux morts des 132e-332e Régiments d’infanterie et du 46e Régiment territorial a été érigé sur cette nouvelle voie ouverte dans la perspective de la tour nord de la cathédrale.

Ce monument a été transféré en 1933 place Léon Bourgeois ou il se trouve encore aujourd’hui et remplacé par la fontaine des Boucherie, à son tour déplacée place Jules Lobet pour laisser place au passage du tramway en 2009. Pour en savoir plus sur cette fontaine et ses nombreux déplacements voir l’article de J-J Valette

La Fontaine et le Monument

 

Pendant longtemps un simple jet d’eau a remplacé la fontaine Bartholdi détruite pendant la Première Guerre Mondiale. Depuis l’arrivée du tramway, la place de la République a été remaniée et l’espace dégagé permet l’installation de diverses manifestations.

Carte postale semi-moderne : collection personnelle

 

Monum-Jet

 

53-Monum-Jet-RA

 

Monument aux morts

monument-morts