Fonds Gilles Labbe

Cours Langlet et la rue du Cadran-Saint-Pierre

Photographie du 12 mars 1976 : fonds Gilles Labbe

La rue Jeanne d’Arc

Photographie du 26 mai 1975, il y a 42 ans : fonds Gilles Labbe

Square des Cordeliers

Photographie ancienne : Gilles Labbe, 26 mars 1975

Rue de Talleyrand à la hauteur de la rue de l’Étape

Photographie ancienne : Gilles Labbe du 14 mars 1977

Le square des Cordeliers

Photographie ancienne : Gilles Labbe du 12 mars 1976

Le couvent des Cordeliers de Reims est un ancien couvent Franciscain datant du Moyen Âge.

Les frères mineurs s’implantent à Reims au XIIIe en la ville où ils deviennent populaires, leur salle conventuelle accueille des réunions du Conseil de ville avant la construction de l’Hôtel de ville de Reims et certaines congrégations de marchands.
Lors de la Révolution française, le bâtiment est converti en filature et l’église est démolie en 1813.
Ayant subi de grands dommages lors du conflit de 14-18, il n’est pas reconstruit mais transformé en square.

vestiges fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 21 novembre 1925. [source Wikipédia]

La rue Boulard

Photographie ancienne Gilles Labbe du 8 mars 1974

Rue de l’Étape

42 ans jour pour jour

Photographie du 26 mai 1975 par Gilles Labbe.
Photographie actuelle : 14 novembre 2016

1975-05-26-rue-de-letape

Rue Jean-Jacques Rousseau

Photographie : fonds Gilles Labbe

Rousseau, rue Jean-Jacques [1924].

<= 4, place de l’Hôtel-de-Ville, => 1, place Aristide Briand.
Dans sa partie médiane, la rue Jean-Jacques-Rousseau emprunte le tracé de l’ancienne rue de l’échauderie. Dès 1903, Gustave Laurent tenta de faire débaptiser le boulevard Gerbert au profit de J.-J. Rousseau. Ce fut en vain et il dut patienter jusqu’en 1924.

(1712-1778). Philosophe. Né à Genève le 28 juin 1712, mort à Ermenonville le 3 juillet 1778. Jean-Jacques-Rousseau, abandonné par son père à l’âge de 10 ans, abandonna lui-même à leur naissance ses sept enfants aux Enfants trouvés, ce qui à l’époque revenait à peu près à les condamner à mort. Rousseau reposait à Ermenonville dans l’île aux Peupliers du célèbre parc romantique du marquis de Girardin, jusqu’à ce que la Convention eut l’idée saugrenue, en 1794, de faire transférer les cendres de l’ami de la nature dans le sinistre Panthéon.

Source : Jean-Yves Sureau dans La Vie Rémoise

Rue de Vesle

Il y a juste 40 ans
Photographie : Gilles Labbe, 14 mai 1977

1977-05-14-rue-de-vesle-2

Les halles du Boulingrin

Photographie Gilles Labbe du 26 mai 1975 prise de la première marche du monument aux morts

Les Halles sont nées à la suite d’un concours d’architecture ouvert en 1922 pour la construction d’un marché de gros et de détail dans le cadre du plan de reconstruction de Georges B. Ford. Elles remplacent l’ancien bâtiment détruit pendant la Première Guerre mondiale qui se trouvait place du Forum. Le 4 mai 1923, le projet de l’architecte Émile Maigrot est retenu par la municipalité, il sera réalisé de 1927 à 1929 par l’entreprise Claude Limousin, désignée en 1926, dont le directeur technique est Eugène Freyssinet, qui met au point un procédé de « coffrage-décoffrage sur cintre glissant » particulièrement adapté à la morphologie du bâtiment. L’ouverture du bâtiment aura lieu le .

L’inauguration des travaux de restauration des halles centrales a eu lieu le vendredi 14 septembre 2012.

1975-05-26-boulingrin-3

Rue de Vesle

Il y a juste 40 ans
Photographies : Gilles Labbe, toutes deux prises le 3 mars 1977

1977-18-3-rue-de-vesle

1977-18-3-rue-de-vesle-2

Rue de Talleyrand

Presque 40 ans…
photographie : Gilles Labbe, 18 mars 1977

1977-03-18-rue-de-talleyrand

Le pont Charles-de-Gaulle vu du pont de Venise

Ces deux photos N&B ci-dessous datent du 26 mai 1975 et ont été prises du pont de Venise pendant la construction du pont Charles-de-Gaulle. La végétation s’est depuis bien développée au point de cacher aujourd’hui les bâtiments du boulevard Paul-Doumer qui ont pourtant bien changé, ainsi que le stade Auguste-Delaune.

Photographies N&B : collection Gilles Labbe

 

PtVenise-Canal-GL2-RA

 

PtVenise-Canal-GL1-RA

 

Rue Carnot

Il y a 40 ans !
Photographie : Gilles Labbe, 4 janvier 1977

Carnot, rue [1894].

<= 1-2, place Royale, => 2, place Myron-Herrick.
La rue fut dénommée aussitôt après l’assassinat du président de la République. Sous le coup de l’émotion, on débaptisa la rue des Tapissiers. La dernière pensée de Carnot aurait été pour Reims, car 10 minutes avant de monter dans la voiture fatale, Carnot aurait dit au maire de Reims combien il avait gardé un bon souvenir de son voyage dans notre Ville et combien il était heureux de lui serrer la main.

Source : Jean-Yves Sureau dans La Vie Rémoise

1977-01-04-rue-carnot

Rue de Courcelles et la tour Géruzez

Photographie Gilles Labbe du 26 mai 1975
On voit bien au fond la « tour Géruzez » située en bordure extérieur de la rue Géruzez, importante famille rémoise d’historiens du XIXe siècle.

Courcelles, rue de [avant 1856].

<= 10-12, boulevard Louis-Roederer, => pont de Courcelles, canal.
La rue et le chemin de Courcelles, à partir de 1901, ne formèrent plus qu’une seule voie sous le nom de rue de Courcelles afin d’éviter les erreurs à la poste et dans le commerce. Cette rue s’étendit, à partir de 1951, jusqu’au chemin de même appellation qui mène à la commune de Saint-Brice-Courcelles du village où elle conduit.

1975-05-26-rue-de-courcelles

Rue de l’Etape, la fontaine Subé

Photographie ancienne : Gilles Labbe, 12 mars 1976

1976-03-12-rue-de-letape

Rue de l’Etape et dans son prolongement : la rue du Cadran-Saint-Pierre

Photographie du 15 novembre 1978, de Gilles Labbe

Cadran-Saint-Pierre, rue du [18e siècle et 1844].
Ancienne rue Saint-Pierre-le-Vieux. La partie comprise entre les rues de l’étape et du Clou-dans-le-Fer s’appela rue Pavée-d’Andouilles jusqu’en 1844.

L’église Saint-Pierre-le-Vieil était placée obliquement par rapport à la rue du Cadran Saint-Pierre que seul son chevet touchait, la façade principale donnait sur la rue des Telliers. Son clocher et son cadran étaient visibles de la rue, d’où le nom. En 1790, l’église fut vendue comme bien national pour être démolie. Les habitants du quartier firent une pétition pour le maintien de l’horloge qui leur était fort utile, mais ce fut en vain. Le portail fut sauvé des décombres après la guerre pour être remonté dans les jardins de l’hôtel Le Vergeur.

Source : Jean-Yves Sureau dans La Vie Rémoise

1978-11-15-rue-de-letape-cadran-st-pierre

Rue de l’Étape

Photographie : Gilles Labbe du 14 mars 1977

Rue de l’Étape : Ancienne rue de l’étape-aux-Vins, en 1765, où les vignerons venaient y négocier leurs vins.

1977-03-14-rue-de-letape