La cité-jardin du Chemin Vert a vu le jour après la Première Guerre mondiale. La construction de cette cité était déjà en projet lorsque la guerre 14-18 éclate et Georges Charbonneaux, fondateur du Foyer Rémois, n’a de cesse, pendant ces quatre années de guerre, de murir son projet et d’en dessiner les plans. La cité jardin verra le jour dans les années 20, et l’objectif de sa construction sera alors double : participer à la reconstruction de Reims et assurer un habitat sain, à loyer modéré, à une classe ouvrière souvent mal logée.

 

Dans la cité jardin du Chemin Vert, les voies principales sont étroitement liées à la Première Guerre mondiale : avenue de l’Yser, avenue de la Marne, avenue du 132e Régiment d’Infanterie, avenue de la Somme, place du 11 novembre, allée des Monts-de-Champagne, allée de l’Argonne.

Comme pour rappeler les volontés premières de Georges Charbonneaux, les voies secondaires rappellent quant à elles les qualités nécessaires à la vie de famille ou à la bonne tenue des jardins. Au détour des impasses et des allées nous pouvons emprunter l’allée des Bons Enfants, l’allée des Mamans, l’allée de l’Amour Maternel, l’allée de la Belle Humeur ou encore l’allée de la Prévoyance.

Nous pouvons également découvrir les oiseaux avec les allées de la Fauvette, du Chardonneret, de l’Alouette, du Pinson, des Hirondelles, du Rouge-gorge, des Cigognes, des Tourterelles, de la Mésange, de la Bergeronnette ; et pour les fleurs, les allées des Glycines, des Jasmins, des Pervenches, des Roses, des Clématites, des Violettes, des Bleuets, des Chèvrefeuilles, des Marguerites, des Myosotis et des Coquelicots.

Fonds iconographique : collection Gérard Roy

Photographie : Thomas BARBIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *