Le Grand Café Saint-Denis à 3 époques…
Publié le : 23 avril 2017, par : Véronique Valette

Chanzy, rue [1884].

<= 3-17, rue de Vesle, => place des Loges-Coquault.
Ancienne rue du Bourg-Saint-Denis.
490 mètres de long.

(1823-1883). Général. Né à Nouart (Ardennes) le 18 mars 1823, mort à Châlons-sur-Marne le 4 janvier 1883. Antoine Alfred Eugène Chanzy fut député des Ardennes en 1871. Nommé, en 1873, gouverneur général civil et commandant en chef les forces de terre et de mer en Algérie, puis ambassadeur de la République française auprès de S.M. l’Empereur de Russie, en 1879. Il fut nommé, en 1882, commandant du 6e corps d’armée à Châlons-sur-Marne. Grand’croix de la Légion d’honneur, médaillé militaire, officier d’Académie, il eut des obsèques nationales à Châlons-sur-Marne et fut inhumé à Buzancy (Ardennes) dans le parc de sa propriété. Il repose sous un gisant de bronze, du sculpteur Aristide Croisy, dans une chapelle qui a la particularité d’être construite à cheval sur le cimetière communal et le parc du château, avec double accès. Son frère, Léon Chanzy, receveur particulier des finances, vivait à Reims, 99, rue Chanzy.

Après la Grande Guerre :

A la fin du XIXe siècle, les cafés et autres débits de boissons, rencontrent un vif succès à Reims ou à sa périphérie. Les cartes postales sont là pour en témoigner. Elles étaient souvent éditées par les cafetiers eux-mêmes qui assuraient ainsi leur réclame !

Parmi ces lieux de convivialité, citons le Grand Café Saint-Denis à l’angle des rue Chanzy et Libergier. Détruit pendant la Première Guerre Mondiale, il ne sera pas reconstruit.
Aujourd’hui à sa place, il y a un parking.

Source : « Reims il y a 100 ans en CPA », Olivier Rigaud, éditions Patrimoines Médias.

Ci-dessous, le montage de Béatrice Keller qui nous montre bien à quoi ressemblait le Grand Café Saint-Denis

Avant la grande Guerre :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *