Cette maison a été particulièrement photographiée après les bombardements, les dégats sont, il est vrai, très spectaculaires.

L’Etude VILLET est une très ancienne affaire familiale (quatre générations), dont l’origine remonte à la fin du XIXe siècle.

Elle est implantée au même emplacement (angle Hincmar/Clovis, au pied du Pont de Gaulle et à deux pas de la rue Libergier et de la Cathédrale) depuis 1906.

Source : Villet Gérance

Clovis, rue [1864].

<=95-99, rue de Vesle, =>82-84, rue de Venise.
Ancienne rue d’Amour. Une ordonnance du 29 avril 1839 fut prise pour son prolongement à droite et à gauche de la rue de Vesle (voir rue Jeanne-d’Arc). En 1856 on projeta de la faire partir des Promenades pour rejoindre la rue Folle-Peine. Elle fut ouverte de la rue de Vesle à la rue des Carmélites en 1858. La partie de la rue Folle-Peine, comprise entre la rue du Jard et la rue de Venise, prit le nom de Clovis.
782 mètres de longueur.

Hincmar, rue [1841].

<=28-32, rue Chanzy, => 21, boulevard Paul-Doumer.
545 mètres de longueur.
Ancienne rue des Morts, ou du Cimetière-Saint-Denis. La portion allant de la rue Brûlée à la rue des Capucins s’appelait rue Suzain. En 1855, la Ville acheta à Mme Jacob une partie du Grand Jard pour percer ou prolonger les rues Marlot, Hincmar, d’Amour, Libergier et des Poissonniers. Mme Jacob prit à sa charge le réseau d’égout du quartier afin de lotir ses propriétés.

(805-882). Mort à épernay le 21 décembre 882. Hincmar, archevêque de Reims de 845 à 882, conseiller de Charles le Chauve, théologien, administra l’Université et créa le Collège des Bons-Enfants. Il poursuivit et acheva la construction de la cathédrale d’Ebbon.

Source : J-Y Sureau dans La Vie Rémoise

Cette CPA a été prise le 21 février 1915, c’est le côté de la rue Hincmar

 

L'étude Villet à la fin de la Grande Guerre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *