Rue Camille Lenoir

Le Comptoir Français n°15

Rue Camille-Lenoir, angle de la rue de Savoye, la succursale n° 15

Edouard Mignot (1867-1949) crée en 1897 les Comptoirs Français et installe, au 24 de la rue de Courcelles, les entrepôts et l’usine de produits alimentaires. Les bâtiments seront reconstruits après la Première Guerre mondiale, l’usine transforme certains produits et en fabrique d’autres (pain, vins) avant de les vendre, elle a fermé ses portes vers 1980. (Wikipédia)

Angle de la rue Camille-Lenoir et de la rue du Cardinal Gousset

Lenoir, rue Camille [1932].

<= 4-6, boulevard Lundy, => place Docteur-Knœri, boulevard Jamin.
Ancienne rue de Bétheny, débaptisée pour la partie comprise entre le boulevard Lundy et la place du Docteur-Knœri, dans le quartier où Camille Lenoir habita une grande partie de sa vie.

(1859-1931). Député de Reims. Né à Montcornet (Aisne) le 4 mai 1859, décédé à Reims, 50, rue Jeanne-d’Arc, le 17 mars 1931. Camille Valery Aristide Lenoir, ouvrier mécanicien, fut débitant de tabacs au 73, rue d’Alsace-Lorraine. Conseiller d’arrondissement, conseiller municipal, adjoint au maire de 1900 à 1908, il fut député socialiste de Reims de 1905 à 1925 et secrétaire de la Chambre des députés. Chevalier de la Légion d’honneur, conseiller général de la Marne, il représenta le canton de Ville-en-Tardenois, de 1919 à 1931. Il épousa Aline Marie Florentine Jarot, puis Anna Célestine Alphonsine Baudère (1876-1954). Libre penseur, son corps fut incinéré au crématorium du Cimetière de l’Est et ses cendres inhumées au Cimetière du Nord.

Source : Les rues de Reims, Jean-Yves Sureau

Ancienne rue de Bétheny, actuelle rue Camille Lenoir

Pendant la Grande Guerre

<= 7, place du Docteur-Knoëri, => 137, rue du Chalet.
645 ou 628 mètres de longueur.
La rue et l’avenue de Bétheny furent réunies en 1903 pour ne plus former qu’une seule rue qui commençait alors boulevard Lundy. Au milieu du 19e siècle la rue de Bétheny prenait fin à l’emplacement de l’ancien marché Saint-André, puis absorba l’ancien chemin de Boult. Le début de la rue de Bétheny jusqu’à place du Docteur-Knoeri fut débaptisé en 1932 pour prendre le nom de rue Camille-Lenoir.
Source : La Vie Rémoise, Les noms des rues, Jean-Yves Sureau

 

La maison de la Libre-Pensée, boulevard Lundy

Grace à la localisation de l’Hôtel de la Plume au Vent (à gauche) et au texte de J-Y Sureau j’ai pu retrouver le lieu de la Maison de la Libre-Pensée…

A l’angle de l’ancienne rue de Bétheny, aujourd’hui 2, rue Camille-Lenoir : Salle Vanny, construite en 1891, par l’architecte Charles Payen, pour la Libre Pensée. Démolie en 1913 pour faire place à l’hôtel construit pour Albert Lorin, des Galeries-Rémoises. (source Jean-Yves Sureau dans les Hôtels particuliers du boulevard Lundy)

Vernouillet, Léon.
(1831-1900). Conseiller général. Né à Villexanton (Loir-et-Cher) le 19 juillet 1831, mort à Reims, 4, rue de Bétheny, le 17 avril 1900. Léon Vincent Vernouillet, républicain actif, fut envoyé en Afrique par le gouvernement impérial qui lui fit, dit-on, traverser la France entièrement à pied et ne lui épargna pas la prison. Arrivé à Reims en 1868 il s’établit épicier rue du Mont-d’Arène où il resta 30 ans. Élu du 4e canton au Conseil général, il fut un membre influent du mouvement de la Libre pensée. (source Jean-Yves Sureau, dans Biographies)

CPA : Pierre Fréville

Hôtel de la Plume au vent

Il y a tout juste 100 ans cette photographie du 26 août 1917 a été prise à l’angle du Boulevard Lundy et de la rue Camille Lenoir (ancienne rue de Bétheny)

Source : Collection BDIC/Gallica, fonds Valois (cote BDIC_VAL_049_095)

L’ancien hôtel de la Plume au Vent, rendez-vous des messagers qui desservaient les Ardennes. Démoli durant la Grande-Guerre, on construisit sur son emplacement un important immeuble de rapport pour Mme Descubes-Saint-Désir, sur les plans de l’architecte J. Adrien Bastié, en 1923. (Sources Jean-Yves Sureau, la vie rémoise dans  Les hôtels particuliers du boulevard Lundy)

Seul le pignon arrondi de la maison de la rue Camille-Lenoir a permis de localiser exactement cette photographie

Place du docteur Chevrier, rue Camille Lenoir

La carte postale, envoyée le 6 août 1929 montre bien la pleine époque de la Reconstruction : juste derrière l’abside de Saint-André, on peut voir un chantier, le cloché n’est pas encore reconstruit.

Chevrier, place Docteur [1927].

<=28-32, rue Camille-Lenoir, => rue Raymond-Guyot.
Ancienne place du Marché Saint-André.
55 x 20 mètres.

(1862-1920). Conseiller municipal. Né à Satolas (Isère) le 10 septembre 1862, décédé à Reims, 2, rue du Temple, le 28 octobre 1920. Henri Marie Antoine Chevrier, docteur en médecine en 1890, vint aussitôt se fixer à Reims. Membre de la Commission sanitaire de l’arrondissement de Reims, administrateur des hospices, médecin-major de la compagnie des Sapeurs-pompiers, il fut président de la Société des Sauveteurs et président de la Ligue de l’Enseignement. Élu conseiller municipal en 1912, il fut réélu après la guerre, en novembre 1919. Frère du négociant en vins de Champagne Paul Chevrier (1863-1957), mort célibataire il repose au Cimetière du Sud.

 

 

arriere-saint-andré

Rue Camille Lenoir, ancienne rue de Bétheny

La rue Camille Lenoir (ancienne rue de Bétheny) à l’angle de la rue Jacquart. La carte postale date de 1919.

Bétheny, rue de [1903].

<= 7, place du Docteur-Knoëri, => 137, rue du Chalet.
645 ou 628 mètres de longueur.
La rue et l’avenue de Bétheny furent réunies en 1903 pour ne plus former qu’une seule rue qui commençait alors boulevard Lundy. Au milieu du 19e siècle la rue de Bétheny prenait fin à l’emplacement de l’ancien marché Saint-André, puis absorba l’ancien chemin de Boult. Le début de la rue de Bétheny jusqu’à place du Docteur-Knoeri fut débaptisé en 1932 pour prendre le nom de rue Camille-Lenoir.

Lenoir, rue Camille [1932].

<= 4-6, boulevard Lundy, => place Docteur-Knœri, boulevard Jamin.
Ancienne rue de Bétheny, débaptisée pour la partie comprise entre le boulevard Lundy et la place du Docteur-Knœri, dans le quartier où Camille Lenoir habita une grande partie de sa vie.

(1859-1931). Député de Reims. Né à Montcornet (Aisne) le 4 mai 1859, décédé à Reims, 50, rue Jeanne-d’Arc, le 17 mars 1931. Camille Valery Aristide Lenoir, ouvrier mécanicien, fut débitant de tabacs au 73, rue d’Alsace-Lorraine. Conseiller d’arrondissement, conseiller municipal, adjoint au maire de 1900 à 1908, il fut député socialiste de Reims de 1905 à 1925 et secrétaire de la Chambre des députés. Chevalier de la Légion d’honneur, conseiller général de la Marne, il représenta le canton de Ville-en-Tardenois, de 1919 à 1931. Il épousa Aline Marie Florentine Jarot, puis Anna Célestine Alphonsine Baudère (1876-1954). Libre penseur, son corps fut incinéré au crématorium du Cimetière de l’Est et ses cendres inhumées au Cimetière du Nord.

 

BethenyRue1-BK

 

Le 30 août 1944 Reims est libérée

Dès le veille, mardi 29 août 1944 dans l’après-midi plusieurs accrochages entre les FFI et des unités allemandes sont signalés ainsi que la progression de troupes américaines qui se positionnent alors à Cormontreuil.

Le 30 à l’aube, les Américains investissent la ville en passant avec leurs chars par le pont de Fléchambault qui a été préservé par les Résistants. En revanche le pont de Vesle a sauté. Les Rémois sont enchantés et démonstratifs lorsqu’ils voient leurs libérateurs. Les maisons sont pavoisées. Les familles descendent dans le centre-ville, se rassemblent notamment place Royale, près de Palais de Justice mais encore place d’Erlon et du côté des Promenades.

Source : « L’histoire en rafale » le blog d’Hervé Chabaud

La vue ici, est prise rue de Bétheny.

Photo N&B : © coll. Laurent Leroy-Bernard

GI-Betheny44-LL

 

60-GI-Betheny44-RA