Quartier Saint-Remi

L’Ecole de Médecine, rue Simon

Au début du XXe siècle, l’Ecole de Médecine était située rue Simon, dans le quartier Saint-Remi. Jean-Claude Navier (né à Châlons-sur-Marne en 1750 – mort à Reims en 1828) médecin en chef des Hospices civils de Reims, fut le premier directeur de cette école qu’il créa en 1809 et qu’il dirigea pendant vingt ans. Il contribua par ses analyses chimiques et ses écrits au développement du commerce des vins de Champagne. Navier, qui fut le dernier doyen de la Faculté de médecine de Reims en 1784-85 et 1791-93, fut chevalier de la Légion d’honneur, médecin des Épidémies du département de la Marne et conseiller municipal de Reims. (La Vie Rémoise)

A l’époque, le tramway que l’on voit ici rue Simon, rejoignait la rue Gambetta en empruntant la rue Saint-Remi, rebaptisée rue Navier en 1924. Aujourd’hui cette rue est une impasse que l’on ne peut emprunter en voiture que depuis la rue Gambetta, au niveau du Rectorat d’Académie.

 

 

 

 

 

Le portail latéral de la basilique Saint-Remi

Photographie et montage : Thomas Geffrelot

La cour du Musée Saint-Remi

Abbaye et musée Saint-Remi de Reims, XIe, XIIe siècleFondation :  en 790 pour la communauté bénédictine – une communauté religieuse est cependant installée ici depuis le VIIe siècle.

Grandes dates :

  • Vers 496 : baptême de Clovis à Reims par l’évêque Remi.
  • 533 : mort de saint Remi.
  • VIIe siècle : installation d’une communauté pour veiller sur la dépouille de Remi.
  • 790 : installation d’une communauté soumise à la règle bénédictine par l’archevêque de Reims Tilpin.
  • Vers 930 : sur fond de menace hongroise, l’abbaye est fortifiée.
  • 945 : l’archevêque Hugues de Vermandois soumet l’abbaye à la réforme clunisienne.
  • 1049 : consécration d’une nouvelle abbatiale par le pape Léon IX.
  • 1098 : incendie de l’abbaye. Reconstruction partielle.
  • 1118-1151 : Abbatiat d’Odon Ier. Grands travaux d’embellissement.
  • 1472 : l’abbaye en commende est confiée aux soins d’un Grand-Prieur.
  • 1627 : l’abbaye rejoint la congrégation de Saint-Maur.
  • XVIIe siècle : début de la reconstruction des bâtiments conventuels.
  • 15 et 16 janvier 1774 : nouvel incendie suivi d’une nouvelle phase de reconstruction.
  • 1793 : Saint-Remi hôpital militaire.
  • 7 octobre 1793 : la Sainte Ampoule, fiole contenant le baume servant à l’onction des rois de France et conservée depuis des temps immémoriaux à l’abbaye Saint-Denis, est brisée au cours d’une cérémonie solennelle.
  • 1827 : Saint-Remi devient Hôtel-Dieu.
  • 1903 : Saint-Remi hôpital civil.
  • 1978 : Décision prise par le Conseil Municipal de fonder le musée municipal dans les anciens bâtiments conventuels.

L’ancienne abbaye Saint-Remi est un formidable ensemble architectural monastique dont la construction s’étale sur sept siècles. Outre les belles collections du musée regroupant des objets du paléolithique au XXe siècle, on retiendra particulièrement la salle capitulaire et l’austère beauté de la basilique.

  • Classé Monument Historique en : 1840 (abbatiale), 1889 (bâtiments conventuels).
  • 1991 : classement à l’UNESCO.

Source : Editions des Riches Heures

Abris de bombardement sur la Butte Saint-Nicaise

Dernier vestige des remparts de Reims, la Butte Saint-Nicaise servit d’abris pendant la Première Guerre Mondiale. Elle faisait partie, avec le « Moulin de la Housse » et de la « Butte de tir » des lignes défensives de l’armée française sur le secteur Est de la ville.

En 1916 elle abritait un canon de marine de 140 mm (voir les 2 photos sous l’avant-après).

Cet abris est situé rue Saint-Jean Césarée. Il traverse la Butte Saint-Nicaise et il est visitable tous les ans lors des Journées du Patrimoine.

 

 

La Butte près guerre :

Photos Gallica-bnf.fr

 

1896, l’arrivée au Musée Saint-Remi du sarcophage de Jovin

du Palais du Tau à l’abbaye Saint-Remi

Voir sur le site du Reims histoire archéologie le reportage de Rothier le samedi 28 mars 1896
Photographie : François Rothier conservée à la Bibliothèque Municipale Carnegie ; photographie janvier 2017, J-J Valette

Basilique Saint-Remi

Photographie : Gilles Labbe, prise le 26 octobre 1975
Une vue originale et peu habituelle de la basilique

1975-10-26-saint-remi

1975-10-26-saint-remi-2

Musée Saint-Remi

Abbaye et musée Saint-Remi de Reims, XIe, XIIe siècle

Fondation :  en 790 pour la communauté bénédictine – une communauté religieuse est cependant installée ici depuis le VIIe siècle.

Grandes dates :

  • Vers 496 : baptême de Clovis à Reims par l’évêque Remi.
  • 533 : mort de saint Remi.
  • VIIe siècle : installation d’une communauté pour veiller sur la dépouille de Remi.
  • 790 : installation d’une communauté soumise à la règle bénédictine par l’archevêque de Reims Tilpin.
  • Vers 930 : sur fond de menace hongroise, l’abbaye est fortifiée.
  • 945 : l’archevêque Hugues de Vermandois soumet l’abbaye à la réforme clunisienne.
  • 1049 : consécration d’une nouvelle abbatiale par le pape Léon IX.
  • 1098 : incendie de l’abbaye. Reconstruction partielle.
  • 1118-1151 : Abbatiat d’Odon Ier. Grands travaux d’embellissement.
  • 1472 : l’abbaye en commende est confiée aux soins d’un Grand-Prieur.
  • 1627 : l’abbaye rejoint la congrégation de Saint-Maur.
  • XVIIe siècle : début de la reconstruction des bâtiments conventuels.
  • 15 et 16 janvier 1774 : nouvel incendie suivi d’une nouvelle phase de reconstruction.
  • 1793 : Saint-Remi hôpital militaire.
  • 7 octobre 1793 : la Sainte Ampoule, fiole contenant le baume servant à l’onction des rois de France et conservée depuis des temps immémoriaux à l’abbaye Saint-Denis, est brisée au cours d’une cérémonie solennelle.
  • 1827 : Saint-Remi devient Hôtel-Dieu.
  • 1903 : Saint-Remi hôpital civil.
  • 1978 : Décision prise par le Conseil Municipal de fonder le musée municipal dans les anciens bâtiments conventuels.

L’ancienne abbaye Saint-Remi est un formidable ensemble architectural monastique dont la construction s’étale sur sept siècles. Outre les belles collections du musée regroupant des objets du paléolithique au XXe siècle, on retiendra particulièrement la salle capitulaire et l’austère beauté de la basilique.

  • Classé Monument Historique en : 1840 (abbatiale), 1889 (bâtiments conventuels).
  • 1991 : classement à l’UNESCO.

Source : Editions des Riches Heures

 

musee-saint-denis

Le portail de la Basilique Saint-Remi en 1919

Situé sur le transept sud, ce portail de style « gothique flamboyant » fut construit à la demande de l’archevêque de Reims, Robert de Lénoncourt, vers 1506.

La Grande Guerre va laisser la basilique en ruine, seules les toitures des deux flèches ne seront pas détruites. Sa reconstruction prendra 40 ans, sous la direction de l’architecte Henri Deneux puis de ses successeurs.

 

Saint-Remi-portail-RA

 

Basilique Saint-Remi

Carte postale colorisée qui a circulé en 1935 (collection personnelle). Le toit de la basilique qui a été bombardée en 1914-1918 n’est pas encore reconstruit. Par contre la basilique a conservé ses deux flèches pendant tout le conflit.

 

SaintRemi-Basilique-BK-RA