Avenue de Paris

Le Goulet-Turpin de la rue Martin-Peller

Voici différentes photos de la succursale des Goulet-Turpin qui était située rue Martin-Peller (à l’angle de l’avenue de Paris).  L’immeuble va être détruit pour faire place à des maisons.

Photos d’archive : Collection Leroy Goulet-Turpin.

En 1930 :

GT-101-1930-2-RA

 

Avant-après de 2013 :

GT-101-1930

 

En 1979 et 1981 :

GT-101-1979-81

 

La Porte de Paris, rue du Colonel Fabien

Photographie sur plaque de verre double, collection personnelle (ancienne collection Herbert)

Cette porte, grille en fer forgé , aux armes de France, fut inaugurée en 1776, elle se trouvait aux abords de la Vesle, elle fut déplacée en 1847, et remontée ici à la hauteur des anciens abattoirs (actuellement la clinique des Bleuets). Devant le trafic automobile grandissant elle sera à nouveau démontée en 1949, séjournera jusqu’en 1953 dans des caisses, année où elle sera remontée dans les basses promenades. la porte Paris est l’œuvre de deux serruriers rémois Lecoq et Revel, commandée pour le sacre de Louis XVI en remplacement de la porte Vesle, la porte ne sera achevée qu’en 1776, soit un an après le sacre….

La porte fut déplacée dans les années 1960 aux Basses-promenades où elle se trouve actuellement rue de Bir-Hackeim. En 2000 elle sera nettoyée. Avec ou sans porte, pour bon nombre de rémois le quartier et le carrefour Martin-Peller sont toujours celui de la Porte de Paris.
Porte classée aux monuments historiques le 18-12-1919 [source CFPPHR]

Paris, avenue de [1887].

<= 46-49, rue du Colonel-Fabien, => avenue Paul-Vaillant-Couturier à Tinqueux.
570 mètres de longueur.

Porte de Paris, rue du Colonel Fabien
Porte de Paris, rue du Colonel Fabien

Le Tramway à la Haubette

Haubette, lieu-dit La – Ce lieu-dit était une partie de ce qui est actuellement l’avenue de Paris, entre l’avenue d’Épernay et la commune de Tinqueux où il se poursuit sous le même nom. Ce nom est encore couramment utilisé. Le mot a 2 définitions possibles : Civile, il s’agirait d’un lieu doté d’un abri pour les usagers (il viendrait alors de l’allemand « Hube » = toit) ou militaire, bâtiment de l’administration où on donnait les ordres . (Le mot viendrait de « Aube », les ordres se donnant habituellement en début de journée). (Jean-Claude Thuret Reims Rues et Lieux)

La carte postale a voyagé en 1927. Collection Michel Thibault

Éditeur Thuillier Reims

Haubette

 

ob_39e44c_31-haubette-tram-ra