Le capitaine von Humbracht, fait son entrée dans la ville avec un petit groupe de hussards le 3 septembre 1914, après le départ des dernières troupes françaises. Cette troupe a été envoyée en reconnaissance par l’Etat-major de la IIIe armée allemande qui, composée de contingents saxons et sous les ordres du général von Hausen, se dirige alors en direction de Châlons-sur-Marne. Ces cavaliers ennemis passent la nuit à l’hôtel de ville, en compagnie du maire, le docteur Langlet, qu’ils ont convoqué.

Coupés des sources d’information, seul le quotidien le Courrier de la Champagne est autorisé à reparaître mais seulement pour relayer les informations de la Kommandantur, les Rémois peuvent cependant constater à partir du 7 septembre 1914 l’arrivée de nombreux blessés allemands, en même temps que des rumeurs se développent sur une grande bataille qui aurait eu lieu du côté de Montmirail. Dans les jours qui suivent de nombreux convois militaires allemands traversent la ville, signe d’une retraite de l’armée ennemie. Mais cette retraite est ordonnée et préparée comme le montre le fait que les Allemands construisent à Witry-les-Reims des tranchées et disposent des plateformes pour l’artillerie, toutes activités dont le sens échappe largement aux Rémois qui sont dans l’ignorance de la bataille de la Marne. Le 12 septembre vers 18 heures et sous une pluie battante, les Allemands quittent Reims par le faubourg de Cernay et la route de Rethel.
(source : Archives Municipales)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *