Paul Hess le 2 juillet 1917 écrit dans son journal :

6 mars 1916 – Un aéro boche laisse tomber une bombe, vers 9 h, sur la maison 56, rue Buirette, qui est disloquée jusqu’au 1er étage ; celle qui lui est voisine, où est installée une succursale des Comptoirs Français (angle de la rue Caqué) a elle-même sa toiture fortement endommagée.

2 juillet 1917 –  Calme dans la journée.
A 20 h, un bombardement très violent commence et se conti­nue jusqu’à 21 h 1/4. Obus rue Buirette, place d’Erlon, chaussée Bocquaine et à la Haubette.
Dans la nuit, nouveau bombardement serré, vers les batteries Gerbert.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Le 3 juillet 1917, le Cardinal Luçon écrit dans son journal :

Mardi 3 – + 16°. Bombes nombreuses sur rue Bacquenois, rue Buirette, etc. Visite à M. de Bruignac, trouvé chez lui ; à M. Charbonneaux Emile, non trouvé ; à M. Becker. Reçu visite d’un Aumônier de la nouvelle Divi­sion avec un Pasteur protestant et sept ou huit officiers du service de santé. Photographie prise dans la cour. Nuit tranquille ; orage de 5 à 6 h. Incendie rue Bacquenois, allumé par les obus.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Source : notre site 14-18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *