Lycée Roosevelt

Le Lycée Roosevelt

Entrée par la rue Clémence Fouriaux

Cette carte n’a pas voyagé, au dos, il est inscrit : École Professionnelle, École Primaire Supérieure. Entrée des Ateliers et des Cours Professionnels.

Photo Louis, à Reims – Imprimeries Réunies de Nancy

roosevelt-cote

Le Collège Moderne Technique où fut signée la capitulation allemande

Devenu : Lycée Roosevelt Reims

Editeur : Jacques FREVILLE
Années 50 ? Cette carte n’a pas voyagé

Depuis 1927, le « Collège technique et moderne » se pose en établissement scolaire spécialisé dans les sciences et les technologies.

L’établissement a été construit par l’architecte Hippolyte Portevin derrière la gare de Reims, en tant qu’École pratique du commerce et de l’industrie. Son architecture est singulière : l’établissement « regroupe ses bâtiments au carré sur une vaste cour centrale, une véritable place forte aux murailles de brique et aux accès contrôlés. »(Les Echos, 15 janvier 2009, page 27.)

Réquisitionné par les forces alliées en août 1944, l’établissement se prêtait par sa localisation et sa configuration à héberger le QG du général Eisenhower. Actuellement il existe un Musée de la Reddition pour commémorer l’événement.

Le lundi 7 mai 1945, à 2 h 41 du matin fut signée la capitulation de l’armée allemande dans une salle du collège. L’établissement Joli-Cœur sera par la suite rebaptisé « lycée Franklin-Roosevelt » en mémoire du président des États-Unis Franklin Delano Roosevelt décédé le 12 avril précédant la signature. Cette section à depuis été transformée en « Musée de la reddition », dont la visite propose entre autres l’entrée dans la salle où se déroula la signature, reconstituée dans l’état où elle était en 1945.

Source : Wikepédia

college-technique-2000

Vous pouvez passer d’une époque à l’autre en faisant glisser le curseur :

REIMS berceau de la PAIX

Depuis juin 1940, Reims est occupée. Le 30 août 1944, Reims est libérée.

A partir de février 1945, le collège moderne et technique de Reims – aujourd’hui lycée Roosevelt – devient le quartier général du commandement suprême des forces alliées.

Il voit le 7 mai 1945 à 2h41 du matin, la signature d’un acte historique majeur, la signature de la capitulation allemande, mettant un point final à la Seconde Guerre Mondiale en Europe, et enjoignant les forces allemandes à cesser les combats le 8 mai.

Reims devient alors le berceau de la Paix.

(Extrait du programme des festivités du 70 ème anniversaire de la Reddition allemande). Reims.fr

Capitulation de l’Allemagne : le 7, le 8 ou le 9 mai 1945 ? : l’annonce de la capitulation à Reims provoque la fureur de Staline. Le chef soviétique se sent trahi et voit dans cette signature rémoise un complot tourné contre lui et l’URSS. L’autre raison de cette rage est le lieu de la capitulation. Staline, pour des raisons de propagande, veut qu’elle ait lieu sur le territoire de l’ennemi vaincu, à l’Est. Une cérémonie solennelle à Berlin permet d’officialiser la capitulation aux yeux du monde entier.

Le faste de cet événement fait du 8 mai la journée de la capitulation. Pourtant, le document signé par les dirigeants allemands est presque identique à celui signé quelques heures auparavant à Reims. De plus, la signature a lieu à 23 heures à Berlin. À la faveur du fuseau horaire, il est donc minuit à Moscou. C’est ainsi que la capitulation allemande est célébrée le 9 mai dans la capitale russe.

L’histoire n’a retenu qu’une date, le 8 mai. Pourtant c’est bien le 7 mai 1945 que fut officiellement signé l’acte de reddition de l’armée Allemande.

Musée de la Reddition-Reims.fr

Le Point.fr

L’Express.fr

 

Roosevelt2015

 

37-Roosevelt2015-RA