Esplanade Cérès

Place Aristide Briand

Bombardement de Reims, Esplanade Cérès, à gauche le début de la rue Cérès
Collection H. Georges, Reims

Cette carte a été envoyée en 1915.

Esplanade Cérès après la Grande Guerre

Actuelle Place Aristide Briand
Éditions La Licorne
La qualité de cette carte postale est très médiocre, beaucoup de grain, bâtiments de travers, elle a certainement été réalisée dans des conditions précaires de la guerre.

<= 56-57, rue Cérès, 1-2, boulevard de la Paix, => 1-2, avenue Jean-Jaurès, 1-2, boulevard Lundy.
90 x 70 mètres.
Débaptisée le 18 mars 1932, soit 11 jours après la mort de Briand, cette place demeurera cependant toujours, pour les anciens Rémois, l’Esplanade Cérès. En 1765, on l’appelait esplanade Coquebert. Elle prit le nom d’esplanade Cérès en 1841, qu’on appela aussi place de l’Esplanade jusqu’après 1870.
Source : Yves Sureau dans La Vie Rémoise

La place Aristide Briand en 1940

Photographie : Romain Urli, merci à lui

Cérès, esplanade [1841]

Débaptisée le 18 mars 1932, soit 11 jours après la mort de Briand, devenue place Aristide-Briand, elle demeurera cependant toujours, pour les anciens Rémois, l’Esplanade Cérès. En 1765, on l’appelait esplanade Coquebert. On l’appela aussi place de l’Esplanade jusqu’après 1870.

Briand, place Aristide [1932].

<= 56-57, rue Cérès, 1-2, boulevard de la Paix, => 1-2, avenue Jean-Jaurès, 1-2, boulevard Lundy.
90 x 70 mètres.
1862-1932). Homme d’État, Apôtre de la Paix. Né à Nantes (Loire-Atlantique) le 28 mars 1862, décédé à Paris le 7 mars 1932. Avocat à Saint-Nazaire, puis à Paris, député socialiste de Saint-Étienne, président du Conseil, ministre de l’Instruction publique, de la Justice et des Cultes, puis des Affaires étrangères. L’un des fondateurs de la Société des Nations, il fut un précurseur de l’unité européenne. Franc-maçon, rapporteur de la loi sur la séparation de l’Église et de l’État, il reçut le prix Nobel de la paix, en 1926, et repose à Houlbec-Cocherel (Eure) où il s’était retiré dans sa propriété.

Esplanade Cérès et le début du boulevard Lundy

place-cérès

place-cérès-2

Rue de l’Ecu

Photographie ancienne : Gallica-BNF

rue-de-l'ecu

Café de l’esplanade

devenu Brasserie de l’Esplanade
14 place Aristide Briand

Architecte de la reconstruction : Constant Ouvière
Décoration sculptures et staffs : Berton

Ce bâtiment, réalisé par et pour l’architecte Constant Ouvière, avait fait l’objet d’un premier projet plus urbain (immeuble de trois niveaux sur rez-de-chaussée) dans le même esprit que l’immeuble du 1-3, rue du Château-Porte-Mars réalisé par le même architecte. Les dessins sont signés de Maurice Clauzier, à l’époque chef d’agence chez Ouvière.

Eut égard à la dimension festive du programme le « Café » adopte une écriture Art Déco, façon pittoresque. Ainsi, les cannelures évoques le modelé des constructions frustres en rondins. L’angle est marqué par un pignon composite surmonté d’une vasque allongée. Les caissons sculptés, à l’angle et au-dessus des ouvertures, mèlent harmonieusement motifs floraux et effets de drapé.

Constant Ouvière s’est installé à Reims en 1919 et il semble qu’il a arrêté son activité à Reims vers 1925, son cabinet étatn repris par Maurice Clauzier et Rodolphe Mériaux. Il a déposé 72 permis de construire à Reims

Source : Reims Reconstruction 1920-1930 par Olivier Rigaud et Marc Dedarida, octobre 1988, ouvrage édité par la Ville de Reims – la deuxième photographie ancienne vient de ce livre

Bar de l'Esplanade
Bar de l’Esplanade

A côté du bar de l’esplanade la crêperie Le Bignou

devenu La Villa Roma
place Aristide Briand

Architecte de la reconstruction : Constant Ouvière
Décoration sculptures et staffs : Berton

Constant Ouvière s’est installé à Reims en 1919 et il semble qu’il a arrêté son activité à Reims vers 1925, son cabinet étant repris par Maurice Clauzier et Rodolphe Mériaux. Il a déposé 72 permis de construire à Reims

Source : Reims Reconstruction 1920-1930 par Olivier Rigaud et Marc Dedarida, octobre 1988, ouvrage édité par la Ville de Reims –Cette photographie vient de ce livre

Villa Roma

Esplanade Cérès, actuelle place Aristide Briand

Carte postale ancienne : collection personnelle

Seule la pharmacie de la rue Cérès a résisté aux bombardements
Ici, on peut voir l’emplacement de la future rue Voltaire n’a pas encore été percée.

Esplanade Cérès
Esplanade Cérès

Enterrement d’Henri Alexandre Louis Pommery, esplanade Cérès

Photographie en très mauvaise état : collection particulière

10 juin 1907, enterrement d’Henri Alexandre « Louis » Pommery (1841-1907).

  • Né le 27 juin 1841 – Reims
  • Décédé le 29 mai 1907 – Cannes , à l’âge de 65 ans
  • Inhumé le 10 juin 1907 – Rilly-la-Montagne, Marne
  • Négociant à Reims (1900),

Ses parents :

  • Alexandre Louis POMMERY 1811-1858
  • Jeanne Alexandrine MÉLIN 1819-1890

Unions

  • Marié avec Lucie Jeanne Clémence BUFFET 1847-1899
  • Marié le 19 août 1901 , Amondans, Doubs, avec Marie Louise Antoinette THÉVENIN 1875-1947  ; un fils :
    • H Louis Alexandre POMMERY 1907

en savoir plus (source J-Y Sureau)…

Merci à J-P Mirgalet pour ses recherches.

CPA, en très mauvaise état : collection particulière

Esplanade Cérès
Esplanade Cérès

Esplanade Cérès

esplanade-ceres

Esplanade Cérès à trois époques, actuelle place Aristide Briand

Après les bombardements de la Grande Guerre, on voit sur la photographie actuelle que la rue Jean-Jacques Rousseau a été percé à la Reconstruction

Esplanade Cérès

Après La Reconstruction :

esplanade-ceres3

La rue Cérès vue de la place Aristide Briand

Collection Gallica-BNF, fond de la rue de Vallois

Bombardement du 13 août 1917, cliché du 14 août

Sur la photographie ancienne, sur la maison de gauche, on peut lire : « …ratoire » de Laboratoire, c’était déjà la famille Quirin qui était installée à cet endroit

Dans « Les rue de Reims, bigraphies rémoises » Jean-Yves Sureau a écrit :

« Quirin, Jacqueline.
(1912-2003). Conseillère municipale. Née à Reims le 12 octobre 1912, y est décédée le 28 juillet 2003. Jacqueline Françoise Appert, fille d’enseignants, obtint son diplôme de pharmacien, à Nancy, en 1936. Elle épousa à Reims, en 1938, Michel Quirin (…-1974), également pharmacien rue Cérès, 56. Conseillère municipale de 1972 à 1978, elle œuvra pour la création de la Maison régionale d’accueil aux familles hospitalisées dont elle fut vice-présidente, puis présidente de 1988 à 1991 et présidente d’honneur jusqu’à son décès. Elle fut également juge pour enfants au Tribunal de Reims et membre du conseil d’administration du Retour à Reims, de 1960 à 1997″

Aujourd’hui c’est toujours une pharmacie qui porte le nom de « Pharmacie de l’Esplanade »

pharmacie-Quirin