Cet hôtel particulier a été construit pour Monsieur Alexandre Georget. On sait, par l’indiscrétion d’un dessinateur du cabinet de Charles Payen, qu’Alexandre Georget refusa le projet de son architecte en réclamant quelque chose de plus frappant. Il aurait déclaré : Je veux que l’on dise c’est la maison Georget (il a eu gain de cause !). Payen eut alors l’idée des cariatides et ce fut Léon Chavalliaud qui les exécuta.

Léon Chavalliaud : (1858-1919). Statuaire. Né à Reims, 47, rue de Châtivesle, le 29 janvier 1858, décédé à Boissy-sans-Avoir (Seine-et-Oise) le 5 février 1919. Léon Chavalliaud, fut apprenti modeleur dans l’atelier Bulteau, rue Buirette, puis entra à l’école des Beaux-Arts, muni d’une bourse de la Ville. Il fut l’élève de Falguière, Jouffroy, et surtout Roubaud jeune. Après avoir travaillé en 1880 aux cariatides de la façade sur cour de l’Hôtel de Ville, il obtint avec sa « Mère Spartiate » un prix de Rome. Il s’attela à la confection de bustes, de portraits qui, peu à peu, lui établirent une solide réputation. À la suite d’un engagement il resta quinze ans en Angleterre. Les cariatides qui ornaient l’Hôtel de Ville ont été détruites dans l’incendie de 1917. Par contre, on peut toujours admirer, bien que mutilées, celles qui ornent la façade de l’hôtel Georget, 43, rue de Talleyrand. Il épousa Marie Julienne Rousseau et repose au Cimetière du Nord depuis 1923.

Source : La Vie Rémoise de Jean-Yves Sureau

talleyrand

[codepeople-post-map]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *